Programme 2014

Les 4, 5 et 6 juillet 2014 au Parc de la Tête d'Or à LYON

Programme Dialogues en humanite 2014 (fichier pdf 3,32Mo).
 

Pour réussir le 21ème siècle !

De la guerre à la paix révélons nos potentialités créatrices

Construisons les alternatives à la peur !

Explorons comment des nations entières passent de la paix à la guerre. Et surtout comment elles passent de la guerre à la paix. Comment se construit l'esprit de résistance et se révèlent les potentialités créatrices ?

Nous regarderons les guerres du siècle passé où la modernité, aux prises avec ses contradictions, céda le pas à la barbarie. Nous regarderons les sources ouvertes  et celles, souterraines, de grands conflits actuels : avidité entretenue afin de n’être jamais assouvissable, viols de la terre et luttes pour ses ressources, mépris des populations, déplacées ou manipulées…
A côté de ces analyses, nous placerons celle des démarches de réconciliation. Comment la bienveillance entre personnes déjoue-t-elle le déni du droit d’autrui à exister ? Comment, ce faisant, recrée-t-elle tous les jours la dignité de la personne humaine ? Elle rend créative les personnes, des groupes, des sociétés entières. Elle passe par le long chemin des deuils, de la clairvoyance sur nos abîmes, de la prise au sérieux de l’aspiration à la liberté.
Au niveau personnel comme au niveau interpersonnel et mondial, elle aboutit  au travail de fraternité, à la convivialité, à la politique de l’amitié. C’est cette créativité-là que nous mettrons en lumière trois jours durant.
 

Trois Parcours à suivre sur trois jours :

  • Les alternatives à la peur :
    Le 20ème siècle a su surmonter les désastres de deux Guerres Mondiales et de terribles faits totalitaires. Il a vu aussi des mouvements citoyens de résistances, et des efforts vers l’égalité et la paix. En avons-nous tiré toutes les leçons d’humanité ? Saurons-nous aussi surmonter les injustices ou les conséquences du changement climatique ? Réveillons nos potentialités créatrices ! Identifions les ressorts de la peur et de la violence pour leur substituer des pratiques de paix.
     
  • Souci de soi, soin de l’autre :
    L’homo sapiens a encore du chemin à faire vers la sagesse pour plus de douceur dès la venue au monde, et une éducation à la joie tout au long de la vie. Comment assurer l’autonomie et l’émancipation de tous pour permettre à chacun d’affronter les défis de la vie et à en goûter les richesses ? Aidons à construire l’estime de soi et la reconnaissance de chacun pour contribuer au bien-vivre commun.
     
  • Les futurs désirables :
    « Un million de révolutions tranquilles » sont déjà à l’œuvre : échangeons sur les alternatives concrètes et originales qui nous permettront de relever les défis du 21ème siècle. Pour un 21ème siècle réussi, osons la transition vers un développement humain soutenable et une renaissance civique de notre pouvoir d’agir. Inventons un Peuple de la Terre à la hauteur de notre destin commun.

 

Les temps de la journée :

11h-12h : Le temps de l​'ouverture

12h-14h : Rencontre conviviale autour d'un pique-nique partagé et des cuisines du monde
Cultivons l'art de la rencontre qui nous élève et approfondissons le "convivialisme" (voir le Manifeste des convivialistes)

13h30-14h : Lancement des parcours
Les différents initiateurs des Dialogues proposeront le fil rouge des parcours thématiques du jour. 

14h-16h : Ateliers du sensible et formation au discernement

16h-18h : Agoras sous les arbres et forum ouverts à partir des défis auxquels l'humanité est confrontée

18h-19h : Coopération-action et de témoignages de vie croisés

19h-22h : Le temps de la fête et des animations artistiques

Voir tous les spectacles

 

Mais aussi, tous les après-midi !

Le temps des dédicaces : 

  • Edgar Morin
  • Patrick Viveret
  • Malika Bellaribi-Le Moal
  • Michel Granger
  • Henryane de Chaponay
  • Michel Odent
  • Catherine Dolto
  • Arnauld Riou
  • Christine Adjahi
  • Christian Epanya
  • Elsa Dréau Rivière
  • Ivan Maltcheff
  • Segenet Kelemu
  • Antonella Verdiani
  • Jacques Lecomte
  • Roland Gori
  • Thomas D'Ansembourg
  • Debora Nunes
  • Marcos Arruda
  • Devinder Sharma
  • Zarina Khan
  • Philippe Merlant
  • Muriel Scibilia-Fabre
  • Bruno Vienne
  • Bernard Bolze
  • Ryadh Sallem... 

Des installations artistiques et des expositions

  • Itinéraires de Créatifs Culturels 
    Une exposition de photographies présentées par Elsa Dréau-Rivière. Ces hommes et ces femmes, qui vivent selon les valeurs de Créatifs Culturels : écologie, valeurs féminines, engagement citoyen, ouverture multiculturelle- art, vie intérieure… nous interpellent, pour réparer ou dégager de nouveaux chemins pour la communauté humaine. Un appel pour prendre sa vie en mains, se donner du courage et créer, construire.
     
  • 2 = 3 ... et même plus parfois ! 
    Ces portraits bienheureux de nos contemporains réalisés "avant et après"  la venue au monde de leur enfant, nous parlent des fondamentaux : l’amour, avec les fragilités et les joies. La photographe Hélène ALICE se questionne, questionne les familles, et retranscrit ces témoignages autour des photographies : quelle est la place de l'homme ? Comment les femmes, les couples vivent la grossesse ? Comment se vivent les accouchements  ? Et quelle place pour l’accueil des nouveaux-nés ? … Hélène vous invite à venir visiter l’expo, palabrer, puis déposer vos voeux en lien avec nos 353 015 naissances d’homo sapiens par jour www.helenealice.com
     
  • Ça chauffe !
    Qu'est-ce qui bouillonne aujourd'hui ? Qu'est-ce qui évolue dans nos sociétés ? Le CCO de Villeurbanne propose une installation engagée, interactive et amusante en détournant des frigos dépollués. Un frigo à paroles et un frigo-photomaton vous inviteront à vous projeter vers l'avenir. L'installation sera prolongée par une agora dédiée à la thématique "Sortir du déni, construire l'espérance".
     
  • Tableaux sonores -  Paroles d'habitant
    L’arbre à casques. Avec la Tribu Hérisson - paroles d’habitants à monmousseau (Minguettes)
    De 2010 à 2012 deux compositeurs (Xavier Saïki et Serge Sana) promènent leurs micros aux pieds des tours de Monmousseau aux Minguettes (Vénissieux 69)
    Des liens se tissent avec les habitants. Ils leurs racontent leur lieu de vie, l’effervescence des années 80, la venue de Mitterrand, la solidarité et l’attachement à ce quartier ou certains vivent depuis 3 générations.
    D’autres encore mêlent leur voix à celle du père Christian Delorme et retracent l’histoire de « la marche de l’égalité » qui en 1983 a fait de Monmousseau un site emblématique du plateau desMinguettes.
    L’arbre à casque donne à entendre à travers de courtes pièces sonores la vitalité et la générosité qui animent ce lieu de vie
     
  • Des workshops "créativité et humanisme" : Autour des œuvres communes en France, au Sénégal, en Russie, en Géorgie, en Ukraine et au Chili, des citoyens se rassemblent avec des artistes, au-delà des discriminations sociales. Avec ADEFI, BHN, CLRD, GEM Arlequin, Foyer Notre-Dame des Sans-Abri Lyon.
     
  • Les Zemidjans du Bénin : Plongez dans l'atmosphère béninoise en découvrant les sept tableaux de l'illustrateur Christian Epanya, qui peint avec vitalité et émotion ces motos-taxis !
     
  • Les Dialogues en humanité : des premiers pas à l’essaimage
    Découvrez quatre portraits peints par Mustapha Saha : certains fondateurs des Dialogues en humanité, (Stéphane Hessel, Henryane de Chaponnay, Albert Jacquard et Edgar Morin). Seront présentées aussi des photographies de toutes les personnalités qui ont participé aux Dialogues en Humanité au Bénin et à Lyon, (réalisées par l'association des Dialogues en humanité et France-Ethiopie Corne de l'Afrique).
     
  • Et si on travaillait moins pour travailler tous ? Nous produisons de plus en plus et de plus en plus vite. Et pourtant notre temps de travail n'a pas bougé, et le chômage augmente ! Comment faire ? Réduire et partager le temps de travail pour créer de l'emploi ! Pourquoi et comment ? Qu'est-ce qui nous retient ? Exprimez-vous et partagez vos initiatives ! Une installation work in progress avec Le collectif Roosevelt.

Des projections de films et documentaires de réalisateurs présents, 18h-20h

  • L’art-parole, de Franck Biasini et Martine Buhrig
  • Essabar de Zarina Kahn
  • J'érige Madagascar en pierre... extrait de film
  • Le lien d'or, documentaire de Michèle Decoust sur Auroville
  • Tank you, documentaire de 2009 sur Michel Granger

Balade alternative à la Croix Rousse


Samedi 5 Juillet de 10h30 à 12h30 : Rendez-vous place de la Croix-Rousse pour un parcours entre divers acteurs porteurs d'alternatives durables et équitables (épiceries sociales et solidaires, compost de quartiers, herboristeries...).
Infos pratiques : Sur Réservation par téléphone au 04 26 65 43 63 ou par mail à contact@kulteco.net
Avec Kulteco.


Et encore... Les richesses du Parc de la Tête d'Or !

La nature en ville, sur les 3 jours
Avec le service des Espaces verts de la ville de Lyon

Vendredi 4 Juillet : Visite du Parc
Venez découvrir le Parc de la Tête d'Or sur le thème du patromoine arboré.
Rendez-vous à 14h à l'entrée de la Roseraie.

Samedi 5 Juillet : Venez découvrir le monde fascinant des abeilles sauvages
Tous à vos filets, boîtes et loupes ! Comment la ville devient-elle un refuge pour les insectes pollinisateurs ?

Dimanche 6 Juillet : B&Bees, adopte une abeille sauvage !
Atelier nomade et artisanal de fabrication de nichoirs à destination des abeilles sauvages.

Venez visiter :

- Les serres du Jardin botanique: de 9h à 17h30
- Les collections extérieurs du Jardin botanique : de 9h à 18h
- Le zoo : de 9h à 18h30
 

Une exposition inédite en plein air : Les explorateurs, une piste à suivre…

Dans les différents secteurs du Jardin botanique et du zoo de Lyon, cette exposition vous fera découvrir la vie et les découvertes de grands explorateurs, essentiellement lyonnais, partis à la recherche de plantes et d’animaux au bout du monde : Joseph de Jussieu en Amérique du sud, Pierre Poivre à l’Île de la Réunion, Pierre Sonnerat à Madagascar, Philibert Commerson et son voyage autour du monde avec son ami Antoine de Bougainville...

 

... Et en plus !

Découverte de la Biodiversité du Rhône
Les péniches du Val de Rhône vous proposent une expérience de vie citoyenne afin de découvrir au fil de l'eau
la faune, la flore, la qualité de l'eau, le patrimoine et de prendre conscience de l'importance du développement durable.
Le 4 juillet de 9h à 14h, repas compris, 50 personnes maximum
Sur inscription. Contact : cdumoulin@grandlyon.org

 

Questions pratiques

Le temps des repas

Chaque midi et chaque soir, tout au long de la journée, partagez librement un pique-nique et venez déguster les cuisines du monde à l'espace restauration avec Soliné (cuisine bio et végétarienne), De l'autre côté du pont (SCOP de restaurateurs, circuits courts avec les producteurs de proximité), Messob (cuisine éthiopienne), Au lys de Réjane (cuisine afro antillaise bio), et les maraichers de la "super halle d'Oullins".
Ces restaurateurs sont tous engagés dans une plus grand respect de l'environnement, une cuisine responsable, de proximité et vous proposent de bons produits qui ont connu le temps d'une préparation humaine et solidaire.
Le vendredi 4 au soir, l'association France Éthiopie, Corne de l'Afrique vous concocte un couscous aux mille saveurs. Chaque soir, vous pourrez également découvrir une chorba végétarienne ou traditionnelle.
Au déjeuner, au goûter comme au dîner, la convivialité de cet espace vous permettra de poursuivre le dialogue.
Après le temps du repas, chacun est invité à être exemplaire en réduisant ses déchets ! Un compost est mis à disposition dans le parc pour les déchets organiques et chacun est invité à réduire ses propres déchets et à faciliter le tri. L'équipe des espaces verts de la Ville de Lyon et les animateurs de la direction de la propreté du Grand Lyon proposent une présentation pédagogique du cycle du compost pour une application concrète pendant les Dialogues !
 

Hébergement

Office de tourisme de Lyon : 04 72 77 69 69
Possibilité de logement via le couch surfing.
https://www.couchsurfing.org/n/places/lyon-rhone-alpes-france 

 

Contacts Grand Lyon

Tel. 33 (0)4 26 99 33 41 Standard du Grand Lyon 33 (0)4 78 63 40 40

Clément Dumoulin, relations avec le réseau VoCE, Sarajevo...et organisation des bénévoles - cdumoulin@grandlyon.org
Pauline Fabre, relations territoires et réseaux citoyens pafabre@grandlyon.org
Morgane Furic, programmation - mfuric@grandlyon.org
Chloé Parisot, accueil et logistique - cparisot@grandlyon.org
Enrico Pudda, communication, organisation artistique, relations avec les entreprises et les universités - epudda@grandlyon.org
Doha Barhya, accueil dbarhya@grandlyon.org
Geneviève Ancel, coordination générale - gancel@grandlyon.org

3 juillet 2014

Dialogues "L'esprit de résistance et la résistance de l'esprit" au mémorial de la prison de Lyon Montluc

Pour l’ouverture des Dialogues en humanité 2014, le Mémorial de la Prison de Montluc nous invite à revenir sur un site marquant de l’histoire lyonnaise.
C’est à la Prison de Montluc que sont détenus et que transitent de nombreux Juifs et résistants de la région Rhône-Alpes, dont les enfants d'Izieux, durant l’Occupation et le Régime de Vichy. Mais la Prison de Montluc représente encore un haut lieu de la résistance : Jean Moulin, Marc Bloch, Raymond Aubrac en sont les figures les plus célèbres. D’autres évènements en font aussi un lieu de mémoire imposant : la présence des Algériens du FLN et du MNA pendant la guerre d’Algérie, suite à quoi elle devient prison pour les antimilitaristes (objecteurs et insoumis) dès la fin des années 60. Depuis 1955, la prison est le lieu d'excécution des condamnés à mort à Lyon, jusqu'en 1981. Les derniers prisonniers de droit commun sont des femmes, dont certaines avec leur enfant, jusqu’en 2009.
La Prison est reconvertie aujoud'hui en lieu de mémoire pour célébrer et entretenir la résistance de l’esprit, au fondement de la dignité humaine.

Qu’est-ce qui permet aux hommes et femmes de faire face, de garder leur dignité dans les situations les plus inhumaines ?

Les différents témoignages permettront de saisir l’importance de la résistance de l’esprit face à de telles épreuves.

16h30 - 17h : Accueil par les jeunes du projet Voix et Chemins d'Europe (VoCE)
Au cours de cette semaine le projet Voix et Chemins d'Europe organise une rencontre de jeunes issus de Pologne, Bosnie, Allemagne et de France. Au travers d'une création artistique, leur projet porte une réflexion sur la citoyenneté européenne ainsi que sur la commémoration commune et fraternelle que l'on peut imaginer au centenaire de la Grande Guerre. 

17h - 18h : Visite du mémorial de la prison du Fort de Montluc grâce à l'équipe de médiateurs du site. Les visiteurs pourront s'imprégner de l'esprit du lieu, qui a été, à la fois, une place de grandes atrocités mais aussi de grandes preuves de résistance. Cette visite présentera l'histoire générale du site avec une performance du chorégraphe et danseur Azdine Benyoucef, "expression artistique entre hier, aujourd'hui et demain".

18h30 - 19h45 : Mémoires Croisées de victimes de violences et d'enfermement. Les témoignages de rescapés de la prison de Montluc seront confrontés à ceux d'autres victimes de régime totalitaire ou de génocide sur le thème de la résistance de l'esprit. Ces témoignages donneront lieu à un dialogue sur ce qui permet à l'esprit de tenir face aux atrocités subies, ainsi que sur le pouvoir de reconstruction des hommes et des nations.

19h45 - 20h : Chant a cappela "Cum dederit", extrait de Nisi Dominus de Antonio Vivaldi
Par Malika Bellaribi-Le Moal : « la diva des banlieues ». Le parcours extraordinaire de cette chanteuse lyrique est une preuve de résistance et de détermination face au handicap et aux épreuves de la vie.

Lorque l’humanité laisse place à sa barbarie, il importe de réfléchir à la façon dont les hommes et les femmes résistent à la destruction de leur esprit et de leur dignité. Comment ils se reconstruisent ? Comment les nations se reconstruisent ?
Les Dialogues de Montluc entrent en résonnance avec le thème des Dialogues en humanité : comment les nations passent elles de la paix à la guerre, et surtout de la guerre à la paix ? Pour construire le 21ème siècle trouvons des alternatives à la peur, à la violence et à la guerre.

 

Au coeur des Dialogues en humanité, nous faisons nôtre la Déclaration de Porto Novo du 10 mai 2014

1ère édition des Dialogues en humanité au Bénin : Nous, participants des Dialogues en humanité réunis du 9 au 11 mai 2014 au Bénin, à Porto Novo, sous les arbres ancestraux du Jardin des Plantes et de la Nature, souhaitons faire ensemble la déclaration suivante:

En ce 10 mai, jour anniversaire de la terrible barbarie que représenta l'esclavage,

ici au Bénin, au cœur de cette Afrique, principale victime de cette barbarie inter humaine, mais aussi berceau de notre humanité, prenons conscience des risques qui pèsent sur le devenir de notre famille humaine, mais aussi des potentialités infinies qu'ouvrirait sa propre humanisation.

Au moment où de nombreux rapports internationaux évoquent le risque d'un effondrement mondial dans les prochaines décennies si nos sociétés continuent à aggraver leurs inégalités et à détruire leurs écosystèmes, nous affirmons la nécessité de sortir de l'obsession compétitive pour développer des logiques coopératives tant à l'égard des humains que de la nature. Cette coopération s'inscrit dans la perspective de sociétés qui font de la convivialité et du "buen vivir" le cœur de leur projet.

Il est temps de déclarer suicidaire pour notre famille humaine toutes les formes de la guerre qu'elles soient économiques, politiques ou religieuses, toutes les logiques qui conduisent à imposer la loi des plus forts en éliminant ou en dominant les plus faibles. Loi terrible qui fut à la source de toutes les formes de maltraitance, voire d'esclavages d'hier comme d'aujourd'hui.

Nous affirmons également la nécessité de rompre avec un rapport guerrier et prédateur à la Nature dont l'expérience de ville verte rurale de Songhai montre la possibilité.

Nous déclarons qu'il est temps désormais de construire les conditions d'une pleine citoyenneté pour tous les membres du "peuple de la Terre".

Cette citoyenneté résultera de la pleine application des droits fondamentaux de chaque être humain proclamés après la seconde guerre mondiale, mais aussi de la reconnaissance de leurs droits civiques et de la nécessité de constituer désormais une communauté politique cohérente avec de tels droits.

Toutes les formes d'organisation humaine, qu'elles soient sociales, politiques, économiques, culturelles, n'ont de légitimité que pour autant qu'elles respectent ces principes et concourent au bien commun de l'humanité et à la préservation de la Nature dont elle est l'une des composantes. Il n'est pas acceptable que des nations, des entreprises, des religions, des familles ou toute autre forme d'organisation humaine, se réclament de leur identité ou de leur histoire pour dénier ces droits fondamentaux.

Nous avons besoin en revanche de replacer l'économie et la politique, la monnaie et le pouvoir, au rang de moyens et non de fins. De même, nous devons faire de la pluralité des traditions de sens et de sagesse non une cause de guerre de civilisation mais une chance et une source d'élévation de la conscience humaine.

Pour notre propre compte, nous participants à ces Dialogues en Humanité qui doivent se prolonger prochainement en Europe, au Brésil, en Inde, en Éthiopie, dans les prochains mois, prenons l'engagement d'œuvrer dans le sens des principes de cette déclaration.

Parmi les premiers signataires
Geneviève Ancel, Irène Koukoui Dehoumon, Christine Adjahi, Patrick Viveret, Shoki Ali Said, Olabiyi B. Joseph Yai, Catherine André, Godffrey N'Zamudjo, Talal Lafrie, Karima Mondon, Léocadie Ligan, Rita Sodjiédo, Nadia Dohou, Michel Arthur Tévoedjre, Christian Epanya, Joseph Adjahi, Geneviève Bouchez Wilson, Evelyne Briois, Valérie Valette, Débora Nunes, Emerson Sales, Baba Kéita, Afiss Adamon, Franck Ogou, Judes Zounmenou, Richard Hounsou, Rachidatou Dougbe, Annabelle-Mauve Adjognon, Annie Gourdel, Henryane de Chaponay, N'dah Marcel Oya, Amjad Lafrie, Suleyman Mondon, Félicité Kougblénou, Michel Ahambada, Denise-Emma Achiata Mamah-Djiman, Antoine Bocco, Christian Dehoumon, Nouréini Tidjani-Serpos, Ludovic Couao-Zotti, Alphonse Gaglozoun, Olivier Hounga, Edith Couthon, Virgine Adjaho, Augustin Hontongnon Kouglo, Eric Akogbe, Tola Koukoui, Samuel Houssou, Augustin Houénou, ...

4 juillet 2014

11h-13h30 : Le temps de l'ouverture et du repas

Dialogues intergénérationnels du monde (roseraie)
À l'écoute des jeunes générations si conscientes des enjeux locaux et globaux avec Ananda Siddhartha, Namrata Nandakumar, Leo Brasileiro, Gea Fazzino, Lia Khan-Bordage, Azdine Benyoucef, Pauline Fabre, Karim Mahmoud-Vintam, Clément Dumoulin, les délégations de Bosnie, Allemagne, Pologne, Brésil, ainsi que de Vénissieux, La Duchère, Villeurbanne... 
 

Discours de Clément Raymond de quelques minutes (brillant conférencier en histoire et géopolitique).

12h30 : Acceuil de la marche pour une psychiatrie citoyenne (9)

13h30-14h : lancement des parcours de l'après midi

Les différents initiateurs des Dialogues vous présenteront les parcours de la journée

 

14h-16h : Ateliers du sensible et formation au discernement

Proposés par de multiples associations, artistes ou scientifiques, il s'agira d'amorcer la réflexion par le sensible au travers d'ateliers artistiques, comportementaux, ludiques... parce qu'il n'existe pas qu'une seule forme de langage, ces ateliers accueillent tous ceux qui veulent échanger, s'enrichir autrement que par le seul discours et se former au discernement : autant d'invitations à la distraction intelligente, pour tous les goûts et les âges !
 

Parcours 1, Les alternatives à la peur :

[view:ateliers_liste==137/133]

Parcours 2, Les futurs désirables :

[view:ateliers_liste==137/135]

Parcours 3, Souci de soi, soin de l’autre :

[view:ateliers_liste==137/134]

16h-18h : Agoras sous les arbres à palabres

A. Le 21ème siècle a-t-il tiré les leçons du 20ème siècle ?

Le 20ème siècle a été le siècle des tragédies : deux Guerres mondiales, des guerres coloniales, de nombreux totalitarismes, des catastrophes humaines (Hiroshima, Auschwitz…). Mais il a vu aussi la tentative de fonder une Europe sur la paix et la démocratie, Mai 68 et la tentative de dépasser l’accumulation grâce au bien-vivre, un effort de réduction des inégalités sociales et internationales… Jetons un regard en arrière pour voir ce que notre histoire récente peut nous dire de la marche à suivre. Quelles sont les pistes possibles et les erreurs à éviter ? Quelles leçons peut-on tirer de notre histoire pour mieux réussir notre 21ème siècle ?
Avec Patrick Viveret, Siddhartha (Inde), Debora Nunes (Brésil), Christel Hartmann-Fritsch (Fondation franco-allemande pour la culture), Alain Caillé (MAUSS Manifeste des Convivialistes), Azdine Benyoucef (algérien), Edgar Morin, Thomas D'Ansembourg (Belgique), Anne-Marie Codur (USA), Jérôme Boisard (Grande Bretagne), Roland Gori, Henryane de Chaponay, Saba Abouessalam (Maroc), les jeunes adultes de Bosnie, d'Allemagne et de France, réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
Facilitatrices : Fazette Bordage et Geneviève Ancel

B. Conquérir sa dignité face à l'exclusion et à la précarité : vers une psychiatrie citoyenne  

Prendre soin de soi et des autres, en particulier quand il s’agit des plus fragiles d’entre nous. Malgré des avancées réelles chez les usagers de la psychiatrie, leur parole reste encore soumise à la volonté des soignants ou des professionnels. Comment peuvent-ils trouver leur place en restant acteurs de leur projet de vie ? Trop longtemps dépréciés et jugés incapables, ils revendiquent aujourd’hui une "psychiatrie citoyenne" pour que leurs revendications politiques soient prises en compte. Pour passer de la guerre sociale à la justice sociale, dépassons la logique d'exclusion pour permettre à tous d’assumer sa place au sein de la communauté.
Avec Marie-Noëlle Besançon, psychiatre à Besançon, fondatrice des Invités au festin, Marielle Valran, en thèse à Lyon sur les GEM, Christophe Buffavend, ergothérapeute à Roanne, Claude Deutsch, docteur en psychologie, co-fondateur de l'association ADVOCACY, le GEM Arlequin et le groupe d'entraide mutuelle OxyGEM.
Facilitateurs : Nadine Outin, Jean-Dominique Friand, Jean-Jacques Lambert
 

C. "Un million de révolutions tranquilles" : sortir de la guerre économique, entrer en coopération ! 

La mondialisation bat son plein, et de plus en plus d’expériences à travers le monde présentent des alternatives originales vers un développement soutenable et équitable. Comment ces initiatives contribuent-elles au bien-vivre de demain ? Des propositions émergent dans des domaines aussi variés que l'innovation durable, l'économie circulaire et celle du don, l'intelligence collective et le management responsable, l’entreprenariat social, le développement autogestionnaire solidaire et durable, la finance solidaire, les monnaies locales et régionales, la consommation responsable, les éco-quartiers… Trouvons-y les idées et les recettes d'une alternative à la course effrénée du « toujours plus » !
En présence de Devinder Sharma, expert international et journaliste indien, Lorella Pignet Fall et Fatou N'Doye du réseau ALPADEF au Sénégal (Alliance Panafricaine pour le Développement de l'Entrepreunariat Féminin), Marcos Arruda, économiste à Rio de Janeiro, membre actif du réseau "les Amis du monde", Pathe Dieng, économiste, les Ateliers de l'Entrepreneuriat Humaniste, les Entrepreneurs d'Avenir, la Jeune Chambre économique, la banque éthique européenne, l'ONG Gawad Kalinga aux Philipines, Ali Serhrouchni, professeur de management et marketing à l'université de Rabat Souissi, Jean-Marc de Boni, président du directoire de coopérative de finances solidaires La Nef. 
Facilitateurs : Evelyne Briois et Ivan Maltcheff

18h-19h : Témoignages de vie croisées et temps de coopération-action

A. "Côté nuit, côté soleil »

Dans le monde, 150 000 enfants sont touchés chaque année par le cancer. En Europe les cancers affectent 1 enfant sur 500. Muriel Scibilia-Fabre, accompagnée de celles et ceux qui en ont guéri, proposent de revenir sur cette expérience en donnant à voir le « côté coulisses » d’une expérience dont on n’entrevoit souvent que le « côté scène ». Comment surmonter nos appréhensions et dépasser les clichés, pour accompagner au mieux enfants et familles dans leur combat pour la vie ? Donnons les clefs pour comprendre ce qu’il faut faire - et ce qu’il faut éviter.
Avec Murielle Scibilia-Fabre, croisée avec Jacques Lecomte, psychologue spécialisé en psychologie positive
Facilitatrice : Nadine Outin
 

B. Liberté des médias, liberté d'expression, quel futur pour les journalistes ?

Dans le monde avec les blogueurs en exil, ainsi que Catherine André journaliste pendant 18 ans à Courrier International, Philippe Merlant auteur du livre "Le journalisme jaune", et avec la participation exceptionnelle de Devinder Sharma, journaliste indien engagé et expert sur l'agriculture, l'empowerment face à la faim, entendu par 9 Parlements dans le monde; Patrice Auro journaliste humaniste; Patrice Berger Radio Plurielle, Thierry Borde Médiascitoyens, 
Facilitateurs : Catherine André et Patrice Auro
 

C. L'Afrique du 21ème siècle : quelle culture de paix pour une Afrique mondialisée ?

Avec Regina Konzi Mongot, Ministre déléguée auprès du premier Ministre de Centrafrique, en charge de l'urgence humanitaire, les Ambassadeurs éthiopien et malgache auprès de l'UNESCO, Fatou N'Doye ALPADEF Sénégal, Delphine Poubangui franco centrafricaine, Hélène Combe, chaire coopérative développement humain durable et territoires, Pathe Dieng, Ya Mutuale Balume et le réseau Africa50, Shoki Ali Saïd France Ethiopie Corne de l'Afrique, Irène Koukoui réseaux des femmes en développement au Bénin, les acteurs de la coopération décentralisée invités par la Région Rhône Alpes et la communauté urbaine du Grand Lyon
Animateurs : Karim Mahmoud Vintam et Ya Mutuale Balume
 

Un an après les Dialogues en humanité de 2013... (Statue du G7)

Une aventure qui commence par une simple invitation, en poussant la porte de l'entreprise de Gaël Tavernier, et qui s'élargit... Une graine d'humanité plantée, qui grandit, se ramifie. Une mise en réseau et des projets qui se créent ! Découvrez cet arbre d'humanité, souvent trop inconnu et discret. Et rendez-vous dans un an pour les Dialogues 2015 !
Facilitatrice : Gaël Tavernier

                

19h-22h : Le temps de la fête et des animations artistiques

B. Le mystère du journalisme jaune - Conférence gesticulée (19h)

Sur les traces de Joseph Rouletabille, Philippe Merlant part élucider ce très curieux mystère : « Pourquoi les médias sont-ils si souvent du côté du manche, du côté du pouvoir, du côté des puissants ? » Une enquête de l'intérieur, nourrie par 40 ans d'exercice du métier de journaliste. Et une invitation à trouver des pistes pour réconcilier information et démocratie. 

Gaïmalis (Grande scène, 19h)

Musiques et chants traditionnels de Bulgarie, Macédoine, Turquie, Grèce, … mais aussi d’Irlande ou de Suède ainsi que quelques compositions.
Sur les chemins des Orients d’Europe avec des escapades dans les brumes du Nord.

Compagnie second souffle (Grande scène, 20h05)

Danse contemporaine urbaine, chorégraphes et danseurs, pédagogues et créateurs avec des extraits de "La Marche", grande chorégraphie de la Marche pour l'égalité de 1983, présentée au théâtre de Vénissieux en 2013 avec Azdine Benyoucef et Toumi Djaidja, Christian Delorme mais aussi l'artiste peintre Michel Granger.

CHET NUNETA - Polyphonies d'Ailleurs (Grande scène, 20h50)

Dans son dernier spectacle, "Pangea", CHET NUNETA explore la voix au travers de la tradition et de la création musicale. En m'bochi, en napolitain, en ladino, en mandarin, le groupe a souhaité partager ses amours et ses révoltes en abordant des thèmes aussi large que l'attachement à la terre natale, la quête du bonheur, la déforestation ou encore les dégâts causés par les mafias contemporaines.
Une langue méconnue, un dialecte en voie de disparition, l'histoire d'un peuple, un poème populaire, autant de points de départ pour une immersion dans un continent sans frontières...

L'Iran éternel (Roseraie, 19h)

Visage d'hier et d'aujourd'hui à travers ses musiques…
Ce voyage est un hommage à la culture persane et qui rendra hommage à la Musique, à la Danse, à la Poésie…
Le Tar et le Tombak vous feront voyager en Iran et la Danse vous transportera, au son des Dafs, au coeur de la Musique Soufie.
Avec la participation de Fereshteh Nasr, Navid Abassi, David BRULEY…

Mickaël Ara Pemma (Roseraie, 20h15)

Nous vous invitons à un voyage musical aux langues diverses et inspirés. Elles découlent d’influences culturelles et spirituelles d’hier et d’aujourd’hui. Parmi eux des Bhajans : Ce sont des chants Indiens considérés comme un Yoga, dont la pratique apporte joie, détente et sérénité profonde. Découverte de la spécificité du chant mongol. Ce concert interactif invitera aussi ceux qui le souhaitent, à chanter certains chants facilement accessibles au public.

5 juillet 2014

11h-14h : Le temps du lancement et du repas

10h30-10h45 : Démonstration de Nia (scène)
Découvrez la Joie du Mouvement ! Danse et musique d'inspiration amérindienne, dont le thème sera "danser pour notre Terre". Par le groupe de Magali Romano.

11h-14h : Dialogues intergénérationnels du monde 
À l'écoute des jeunes générations si conscientes des enjeux locaux et globaux avec Ananda Siddhartha, Namrata Nandakumar, Leo Brasileiro, Gea Fazzino, Lia Khan-Bordage, Azdine Benyoucef, Pauline Fabre, Karim Mahmoud-Vintam, Clément Dumoulin, les délégations de Bosnie, Allemagne, Pologne, Brésil, ainsi que de Vénissieux, La Duchère, Villeurbanne... 
Mandala de fleurs (Land Art)
Le Mandala propose une expérience de création collective, faite à partir de matériaux naturels, pour célébrer la paix, la beauté et l’harmonie en rendant hommage à la terre et à l’humanité. Animé par Tchina
 

14h-16h : Ateliers du sensible et formation au discernement

Proposés par de multiples associations, artistes ou scientifiques, il s'agira d'amorcer la réflexion par le sensible au travers d'ateliers artistiques, comportementaux, ludiques... parce qu'il n'existe pas qu'une seule forme de langage, ces ateliers accueillent tous ceux qui veulent échanger, s'enrichir autrement que par le seul discours et se former au discernement : autant d'invitations à la distraction intelligente, pour tous les goûts et les âges !
 

Parcours 1, Les alternatives à la peur :

[view:ateliers_liste==138/133]

Parcours 2, Les futurs désirables :

[view:ateliers_liste==138/135]

Parcours 3, Souci de soi, soin de l’autre :

[view:ateliers_liste==138/134]

 

16h-18h : Agoras sous les arbres à palabres

A. L'art et la culture, voies et voix du "buen vivir"

"Indignez-vous ! Engagez-vous ! Vivez !" disait Stéphane Hessel. Quelle contribution l'art et la culture peuvent-ils apporter dans l'exploration de notre histoire commune ou dans l'intégration de ceux qui se sentent exclus ? A l'échelle personnelle ou à celle des nations, l'art et la culture participent aux processus d'apaisement : en soutien à la mémoire commune, face à la précarité, ou dans la construction d'une identité. Mais ils ne sont porteurs que si tous, et particulièrement les jeunes générations, s'y sentent impliquées. Comment l’art et la culture peuvent-il nous tracer un chemin vers le « buen vivir » ?
En présence de jeunes adultes de Bosnie, d'Allemagne et de France, réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018, Azdine Benyoucef de la Compagnie Second Souffle, Zarina Khan, de retour de Sarajevo où s'est tenu en juin le" Peace Event 20 ans après", Toumi Djaidja initiateur de la Marche pour l'égalité en 1983, Martine Buhrig, ADEFI, les artistes de la BHN, le Foyer Notre-Dame des Sans-Abri, le CLRD, le GEM Arlequin, les partenaires russes et sénégalais, Marina Perminova, intervenante sociale en Russie, Aliou Seye, anthropologue au Sénégal, Monica Bocaz, art-thérapeute au Chili, Debora Nunes, Serge Sana, compositeur et musicien multi instrumentaliste, ainsi que Christel Hartmann-Fritsch co directrice de la Fondation Genshagen à Berlin pour la coopération franco allemande et européenne de la culture.
Facilitateurs : Debora Nunes et Fazette Bordage

B. De la naissance à une re-naissance d’homo sapiens ?… de la venue au monde à l’éducation à la joie ! De la mise en mouvement de l'entièreté affective

Pourquoi et comment renouer avec une arrivée dans le monde plus douce ? La venue au monde est fondatrice. Elle conditionne nos ressentis, nos manières d’être, nos habitudes, notre capacité à coopérer, à nous émanciper, à mettre en mouvement nos potentialités affectives… Naître et éduquer dans et à la joie, c’est nourrir et cultiver la partie la plus humaine de nous-mêmes, pour qu’elle devienne un levier d’action collective dans la construction de la paix. Comment, malgré les difficultés et des périodes critiques, poser les bases d’une éducation à la joie tout au long de la vie ? Voyons comment l'éducation à la joie propose un art de vivre, d’éduquer et de se soigner en préalable au bien commun.
En présence de Catherine Dolto (médecin et haptothérapeute, auteure de nombreux ouvrages pour les petits et les grands), Michel Odent (auteur fondateur et chirurgien obstétricien au Primal Health Research Center de Londres), Cyrille Phlippe (maïeuticien pratiquant l’Accompagnement Global sur Lyon), Hélène Alice (photographe et auteure de l’exposition 2=3), Antonella Verdiani (auteure de "Ces Ecoles qui rendent nos enfants heureux"), Elisa Boillot (sage-femme-ostéopathe), Sergine Heckel (gynécologue obstétricienne à Lyon), Professeur Patricia Glazebrook (USA), Les Petits Débrouillards (association d'éducation populaire et de culture scientifique), association Troisa (Asso pour l’Attachement et l’Autonomie).
Facilitateurs : Varinia Vinay-Forga et Natacha Kaminsky

C. « Ça chauffe ! » : Sortir du déni, construire l'espérance 

Des rapports alarmants (le rapport du GIEC, le modèle HANDY commandité par la NASA…) vont jusqu’à prévoir un effondrement mondial dans les toutes prochaines décennies si nous continuons à creuser les inégalités sociales et à détruire nos écosystèmes. Ces rapports sont tus, ignorés, marginalisés. Outre le déni de l’oligarchie financière, il y a aussi celui des peuples qui, sans perspective d’avenir, trompent ainsi leur angoisse. Comment sortir de ce déni et transformer nos défis en opportunités ? Comment l'humanité peut-elle franchir un saut qualitatif dans sa propre humanisation pour se construire en « Peuple de la Terre » ?
Avec Devinder Sharma, grand prix de journalisme en Inde, Patrick Viveret, philosophe, Anne-Marie Codur, Universitaire à Boston, Emerson Sales, chercheur brésilien, spécialiste international des énergies renouvelables issus des algues, Fernanda Leité et les artistes et associations complices du CCO de Villeurbanne, Gérard Magnien DG fondateur du réseau de 1000 villes européennes "Energie Cities", l'Agence locale de l'Energie, Marie Cheron de 4D, les personnes engagées à la préparation de la COP 21 à Paris en 2015, et la Compagnie Zarina Khan, créatrice  des programmes pour l'environnement Prometheus. Les participants sont invités à échanger le temps de préparer ensemble une soupe.
Facilitateurs : Sylvain Chirat et Geneviève Ancel

La guerre et la paix (Statue du G7)

Une agora spéciale qui donne la parole aux jeunes de 9 à 12 ans mais aussi à tous. "L’ennemi, c’est l‘autre ? " Comment la peur de l’autre engendre les conflits, la violence ? Comment continuer à vivre, avoir des loisirs et créer en temps de guerre ?
À l'initiative des Bibliothèques municipales de Lyon et des Francas du Rhône. Agora menée à partir d’extraits de lectures et avec la participation de Catherine André, journaliste pendant 18 ans à Courrier International, et invitée-témoin en écho à la parole des enfants.
 


 

18h-19h : Témoignages de vie croisées et temps de coopération-action

A. Sortir de l'éclatement communautaire, bâtir la société civique

L’humanité est de plus en plus confrontée à des enjeux globaux : misère, changement climatique, guerres… Face à eux, la cohésion planétaire parait fondamentale. Pourtant, si la mondialisation économique et culturelle se répand, les replis communautaristes, religieux, ou nationalistes eux aussi se fortifient. Comment sortir de la logique du repli pour trouver dans le faire ensemble des alternatives à la violence et à la guerre ? Des témoignages sur les mouvements sociaux initiés en février 2014 en Bosnie, sur les Iraniens et un retour sur la question des Roms donneront des clefs pour lever le rejet de l'autre, l'indifférence, l'impuissance ou le déni qui sont une entrave à l’espérance.
Avec les jeunes adultes de Bosnie, d'Allemagne et de France, réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018, de la Chorale Pontanima (Bosnie) et de Bruno Mattéi.
Facilitateurs : Clément Dumoulin et Ya Mutuale Balume

Voix et Chemins d'Europe (Roseraie)

Une expédition artistique entre mémoire et avenir : invitation à  continuer ensemble  le projet VoCE2014-2018/ Voix et Chemins d’Europe / Voices frome Citizens of Europe. Avec Cyrille Colombier, Chef de Choeur, et des collègues et choristes de Pologne, Belgique, Bosnie & Herzégovine, France
Facilitatrice : Macha Join-Lambert

B. Un temps d'approfondissement avec Catherine Dolto et Michel Odent

L'homme est un mammifère qui ne s'aime pas assez ! selon Franz Veldman la constatation essentielle est que la confirmation affective est indispensable pour le plein développement des potentialités de l'être, qui sont en germe dès sa conception. Ce vécu de confirmation donné à l'enfant dès le giron, dans le plaisir et la confirmation du Bon de son être contribue à la construction d'une sécurité affective et d'une assurance qui l’aideront à affronter les défis de la vie et à en goûter les richesses...
Facilitateurs : Ihsane Bekkaye et Perrine Michaud

C. Grandir pour faire grandir

De qui ou de quoi les publics dits « décrocheurs » décrochent-ils au juste ? Et si la remise en cause de l’exercice traditionnel de l’autorité était l’occasion de revisiter nos façons d’enseigner et de transmettre ? Le mouvement d’éducation populaire Les Cités d’Or proposent un temps de réflexion et de partage destiné à toutes celles et ceux – éducateurs, animateurs, formateurs, parents, responsables de ressources humaines – qui ont le souci d’aider d’autres personnes à grandir en grandissant soi-même.
Avec la participation de la Compagnie Second Souffle et de l’UNESCO.
Facilitateurs : Shoki Ali Saïd et Emerson Sales

 

19h-22h : Le temps de la fête et des animations artistiques

Savoir en Actes – Conférences théâtralisées (Statue du G7, 19h)

Deux conférences scientifiques humoristiques et décapantes, sur les questions cruciales que posent à notre époque l'accélération du temps (TIC-TAC, le Temps c'est de l'Argent par Philippe Cazeneuve) et la crise énergétique (Énergitude & Citoyennification par J-Pierre Reinmann).

« TIC-TAC, le Temps c'est de l'Argent » - conférence gesticulée de Philippe Cazeneuve
Tout commence par un paradoxe, plus on invente des techniques pour gagner du temps … et moins on a de temps disponible ! La partie d'échecs perdues en 1997 par Gary Kasparov contre l'ordinateur Deep Blue marquerait-elle le début de la fin d'une informatique maîtrisée par l'humain ? La place prise par le trading à haute fréquence au sein des places boursières mondiales semblerait aujourd'hui le confirmer.

« Énergitude et citoyennification » - leçon théâtrale de physique populaire du Professeur Kiddonk Sysnetoua
Nous découvrirons les 3 composantes de la crise énergétique :
exploitation des énergies fossiles à la base de la révolution industrielle avec à la clé le changement climatique causé par les gaz à effet de serre,
développement de l’électronucléaire,
perspectives de transition énergétique … 
Tout ça pour réaffirmer la place du citoyen dans les débats à tenir !

Ces conférences s'adressent à un public de 11 ans (ou un peu plus) à 111 ans (ou un peu moins) et durent chacune une heure (ou un peu plus, à un chouya près).

L'association Savoir en actes propose de questionner les usages et les applications des sciences et technologies dans la société,  afin de développer un regard citoyen critique et constructif.
Pour en savoir plus : savoirenactes.info

Concert Piano/Voix d'Emilie LLAMAS (Grande scène, 19h)

Auteure-compositrice-interprète, fondatrice de Milivoiz (https://soundcloud.com/emilie-llamas), Emilie Llamas chante et s'accompagne au piano. Ses chansons celles d'une femme sensible, inspirée par la thématique de la naissance : "Des ventres ronds naissent les chansons..." chante-t-elle en écho à sa collaboration artistique avec la photographe Hélène Alice (exposition 2=3 et même plus parfois).

En prolongation musicale de l'agora "De la venue au monde à l’éducation à la joie !", Emilie invite toutes les générations à partager son univers artistique, entre tendresse et émotions.

Le trio de Fayçal Salhi (Grande scène, 19h55)

Compositeur et joueur de oud, Fayçal Salhi présentera son nouveau spectacle "Amour et perdition" : une recherche nouvelle entre la musique traditionnelle orientale et le jazz.

Le blues de Jean Sangally (Grande scène, 20h55)

Jean Sangally est l’un des bluesmen français les plus touchant et talentueux du XXIème siècle.
Alchimie des genres d’où jaillit sa musique, Jean Sangally est né au Cameroun où il s’est imprégné durant toute son enfance des divers rythmes, mélodies et harmonies d’Afrique.

Son long séjour en Europe lui permet ensuite de s’initier aux musiques occidentales. Il retrouve dans le blues la quintessence de ses influences musicales.
Il restitue les mêmes émotions et les mêmes frissons que le font les plus grands bluesmens américains.
Ses thèmes d’inspirations parlent du quotidien, des soirées entre amis, des rencontres fugaces pour parfois partir en « délire ».

Jam Session (Grande scène, 21h40)

Dans le cadre de la fête fraternelle en souvenir de la Grande Guerre, mettons à l’honneur les pays impliqués dans la guerre en tant qu’anciennes colonies, et que les diversités musicales se conjuguent dans une commune harmonie humaine !

La ballade de la lavandière (Roseraie, 19h)

L'artiste Zarina Khan (texte et mise en scène) invite à partir à la rencontre d'Olivier de Serres, agronome et visionnaire du 16ème siècle. De l'agriculture et du respect du vivant qui l'anime, la pièce se déporte vite sur des thématiques plus cosmopolitiques : la guerre entre catholiques et protestants mais aussi la dévastation de la conquête du nouveau monde et l'appel à l'harmonie entre les hommes, et entre la terre et les hommes.

Un duo musical et poétique pour deux voix et harpe (Roseraie, 20h15)

Deux voix, deux femmes en dialogue sur l'amour. De la passion à la raison, de la certitude aux doutes, d'éros à agapè et de l'amour
particulier à l'amour universel, Anne-Marie Codur et Margot Varret vous invitent à un parcours musical enchanteur et féerique...

6 juillet 2014

11h-14h : Le temps de l'ouverture et du repas

11h : Une commémoration fraternelle de la Grande Guerre
En guise de commémoration de la Grande Guerre, venez vous recueillir de la Roseraie à l’Île du Souvenir dans une déambulation tout en chants, danses et performances artistiques ! Avec des chanteurs d'Allemagne, de Belgique, de Pologne et de France, les danseurs de la Compagnie du Second Souffle, tous réunis dans  VoCE2014-2018, et en présence de l’artiste-peintre Michel Granger et les jeunes adultes de Bosnie, d'Allemagne et de France, réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018.

 

14h-16h : Ateliers du sensible et formation au discernement

Proposés par de multiples associations, artistes ou scientifiques, il s'agira d'amorcer la réflexion par le sensible au travers d'ateliers artistiques, comportementaux, ludiques... parce qu'il n'existe pas qu'une seule forme de langage, ces ateliers accueillent tous ceux qui veulent échanger, s'enrichir autrement que par le seul discours et se former au discernement : autant d'invitations à la distraction intelligente, pour tous les goûts et les âges !
 

Parcours 1, Les alternatives à la peur :

[view:ateliers_liste==139/133]

Parcours 2, Les futurs désirables :

[view:ateliers_liste==139/135]

Parcours 3, Souci de soi, soin de l’autre :

[view:ateliers_liste==139/134]

 

16h-18h : Agoras sous les arbres à palabres
 

C. Diversité des peuples, Unité du peuple de la terre : l'amitié, la fraternité, la convivialité au coeur des enjeux politiques

Plus nous avançons dans les défis de l'humanité, plus nous constatons qu'elle est une et marquée par un destin commun. Face au déni de l’humain réveillons le désir de l'humain pour donner corps à un Peuple de la Terre uni ! Mais comment faire de sa diversité une force, en échappant à la fois au faux universalisme (sous lequel l'Occident a masqué sa domination), ainsi qu’au relativisme (au nom duquel les droits humains, et notamment celui des femmes, sont tout simplement reniés) ? Est-il possible, et si oui comment, de co-construire un universel du Peuple de la Terre en organisant un dialogue exigeant entre modernités et traditions ?
Avec Edgar Morin, philosophe et sociologue, Debora Nunes, présidente du REDE Salvador de Bahia, Patrick Viveret, philosophe, Devinder Sharma, conseiller auprès de l'Aam Aadmi Party (Parti de l'homme ordinaire en Inde), Mascha Join-Lambert, Initiatrice VoCE 2014-2018, Irène Koukoui, Porto Novo Bénin, Siddhartha et les peuples de la forêt en Inde, Bruno Mattéi, Université populaire de Roubaix et membre du collectif solidarité Roms et gens du voyage. 
Facilitateurs : Irène Koukoui et Shoki Ali Saïd

B. Développer sa citoyenneté et son pouvoir d'agir : des sociétés civiles aux sociétés civiques

Un peu partout les modèles de gouvernance démocratique sont remis en cause : envie de démocratie délibérative plus que démocratie participative, multiplicité et diversité des formes de l'engagement citoyen, l’envie d’articuler le local, le national, le global, et les perspectives à court, moyen et long terme, ou de réduire les dettes écologique, sociale et économique... Face au sentiment d’impuissance et d’indifférence, reprenons notre pouvoir d’agir pour faire preuve d’une citoyenneté active ! Comment permettre aux initiatives citoyennes de se rencontrer pour qu’elles trouvent un aboutissement réel ? Peut-on se donner davantage de pouvoir d'agir sans craindre une manœuvre populiste ou la restriction à des questions égoïstes ? Développons une société civique qui réponde aux défis du 21ème siècle.
Points de vue des invités de tous les continents dont Devinder Sharma conseiller du « parti de l'homme ordinaire » (Aam Aadmi Party), ainsi que Jean Frébault et le réseau des Conseils de développement, Ivan Maltcheff auteur de "Les nouveaux collectifs citoyens", Hervé Chaygneaud-Dupuy et le laboratoire de la Transition démocratique, les initiateurs du Manifeste pour une politique de la relation, les membres de la Transition citoyenne, les éditions Yves Michel, ITS,les représentants des Etats Généraux du Pouvoir Citoyen, Fabien Rodhain, écrivain engagé et représentant du G1000-France, les Colibris, le Pacte Civique, le Collectif Roosevelt, les Gentils virus de Lyon,  Serge Sana, compositeur et musicien multi instrumentiste, et Anciela invitent le public à questionner les modalités nouvelles de la gouvernance.
Facilitateurs : Ivan Maltcheff et Natacha Kaminsky

A. Agriculture durable et souveraineté alimentaire 

15h15-16h : Pré-agora avec la première partie du livre Des Semences et des Hommes, de Fabien Rodhain. Deux comédiennes interprètent cet échange épistolaire entre une agricultrice indienne et une bourgeoise française. Face aux OGM, pesticides, mais aussi à l’appropriation du vivant par des géants agro-alimentaires, quelles peuvent être les solutions (initiatives de Vandana Shiva en Inde, Pierre Rabhi en France…) ?

Au vu de leur impact sur les milieux naturels et les populations, l’agriculture, la sécurité alimentaire, la question de l’eau, la permaculture, portent des enjeux majeurs pour réussir le 21ème siècle de manière pacifiée et durable. Elles le sont d’autant plus que les changements climatiques et les injustices sociales risquent d’accroître les situations de conflits et de violences. Comment s’incarnent les alternatives non-violentes en vue d’une paix sociale et durable ?
En présence d'Aviram Rozin fonateur de Sadanah Forest à Auroville en Inde, d'Ananda Siddhartha, jeune journaliste indien représentant du lobby du millet, encadrant des groupes d'étudiants canadiens et américains en formation en Inde au Centre Interculturel Fireflies à Bangalore, les porteurs de Songhai au Bénin, Kenya et Nigeria, Joséphine Zibi, présidente de l'association la Passerelle NGAM chargée de gérer l'approvisionnement en eau de villages camerounais, d'un groupe de femmes agricultrices palestiniennes accompagnées par le MAN (mouvement pour une alternative non violente), d'ONG pour la défense du droit des paysans sans Terre, Fabien Nuti Espace vert de Lyon et projet Urban Bees.
Facilitateurs : Lorella Pignet Fall et Tapas Bhatt
La Compagnie Zarina Khan présentera un extrait de la pièce Prometheus en fin d'agora.

 

18h-19h : Témoignages de vie croisées et temps de coopération-action

C. L'utopie en action

L’utopie est-elle possible ? Des expériences communautaires pionnières essaiment dans le monde : quels apprentissages en retirons-nous pour la vie dans la cité ? La ville d’Auroville, en Inde, et le projet Gawad Kalinga, aux Philippines, donnent à voir chacun à leur manière leurs visions de la société idéale. Comment construit-on des utopies ? Quel projet les inspire et les porte ? Des habitants et des représentants d’Auroville et de Gawad Kalinga viendront témoigner de leurs expériences. Ils reviendront sur les chemins d’apprentissage des logiques de paix et de transformations … qui ne sont pas qu’un long fleuve tranquille.
• Auroville est née en 1968 en Inde avec l’ambition d’être le lieu d’une vie communautaire universelle, pacifique et harmonieuse, au-delà des croyances et des nationalités.
• Gawad Kalinga est une fondation d’entreprenariat social née en 1999 à Manille (Philippines) à l’instigation de Tony Meloto, avec pour objectif de réduire l’extrême pauvreté. Depuis sa création, plus d’un Million de personnes en sont sorties.
Facilitatrices : Pauline Fabre et Aurélie Marois

A. Faisons grandir les hommes et les arbres

Comment valoriser les ressources locales pour sortir d’une logique de pauvreté et instaurer un développement humain et durable ? Aviram Rozin, du projet Sadhana Forest, revient sur ses expériences de terrain.
Le projet Sadhana Forest est né en 2003 à Auroville (Inde), et applique des modèles innovants pour faire repousser la forêt, conserver l’eau et ramener la vie dans des zones où l’écosystème est détruit (Inde, Haïti, Kenya).
Facilitateurs : Siddharta et Simone Kunegel

B. Pour une reconversion monétaire : monnaies locales, monnaies complémentaires

Des initiateurs de monnaies locales proposent de se pencher sur les enjeux de leur création. Qu'est-ce qu'une monnaie locale ou complémentaire et quel est son fonctionnement ? Quels seraient ses impacts sur l’économie locale ? Quelles alternatives proposent-elles à la finance ? Quels rapports entre les monnaies locales et la citoyenneté ? Quelles en sont les limites ?
Avec Julien Berlusconi co-initiateur de la Gonette, la monnaie locale lyonnaise, l'éditeur Yves Michel, Gérard Foucher, comédien et spécialiste de la question de la monnaie, Jérôme Blanc, Maître de conférences en sciences économiques à l’Université Lyon 2, dont les travaux portent sur la question de la monnaie. 
Facilitateurs : Varinia Vinay-Forga et Julien Berlusconi

 

(Roseraie) Des Etats Généraux du Pouvoir Citoyen, avec le Pacte Civique, le Collectif Roosevelt, Anciela, Conseil de développement du Grand Lyon, Lyon en Biens communs, Colibris, Les convivialistes, CCO de Villeurbanne, Festival d'Art et d'Air, et bilan perspectives des Rencontres de l'engagement citoyen


 

19h-22h : Le temps de la fête et des animations artistiques

B. Sommes-nous en démocratie ? (19h00)

Un patient, en visite chez son médecin psychanalyste (mais surtout philosophe) cherche à comprendre et soigner sa pathologie. C'est le
prétexte pour nous interroger, ensemble, sur le régime politique dans lequel nous vivons. Très complète et dense, cette conférence théatralisée reste cependant drôle et accessible à tous (le personnage du patient incarnant la plupart des idées reçues). Suivi d'une discussion.

La Belle Hélene (Grande scène, 19h)

L'association Voix en Développement (VED) a développé des projets intergénérationnels d'art lyrique dans les quartiers dits "sensibles" depuis plus d'une dizaine d'années.

Ces projets intitulés "Une diva dans les quartiers" ont été menés par la Mezzo-soprano et pédagogue Malika Bellaribi-Le Moal et Christian Le Moal, psychopraticien.
Cette année, le projet présentera une réduction de l’Opéra-bouffe de Jacques Offenbach "La belle Hélène". Il est produit en partenariat avec les centres sociaux de Bondy et de Créteil. Malika Bellaribi Le Moal enseigne dans les ateliers de ces centre sociaux la technique vocale à des personnes sans connaissances musicales particulières.

Pour aboutir à un spectacle mêlant des gens des quartiers populaires à des professionnels de l’Opéra, il a fallu élaborer une pédagogie de la découverte qui consiste pour les amateurs à expérimenter sans a priori le chant lyrique afin de prendre conscience en profondeur du mécanisme de production du son.
Explorer les sons à partir du savoir être (le droit à l’erreur et l’acceptation inconditionnelle de soi), les 5 sens, les émotions et la dynamique corporelle, permet de découvrir sa puissance et sa justesse vocale, mais également de maintenir sa ligne musicale de manière autonome. Cette pédagogie permet à des amateurs d’avoir confiance en eux face au professionnels, de prendre de l'aisance, d’être à l'écoute également des musiciens et des solistes et de créer une solidarité de l’ensemble de la troupe.

Abyssinie Club (Grande scène, 19h45)

Rencontres musicales entre France et Éthiopie

Emma la clown, Catherine Dolto et Patrick Viveret font le bilan : et l'amour dans tout ça ? (Grande scène, 20h45)

Les deux conférencières, qu’aucun sujet n’effraye, s’attaquent à l’Amour.

Il y a tromperie ! Ce qu’on nous vend sous le vocable d’Amour n’est-ce pas plutôt de la possession, de la passion, une recherche de relation placentaire sécurisante, un abri....?

Dans cette conférence entre rire et gravité, les deux comparses, Catherine Dolto et Emma la clown, mettent l’amour à nu, avec la complicité de Patrick Viveret, philosophe, qui leur permettra d’aborder la Chose sous divers angles : philosophique, gynécologique, quantique, ethnologique, voire même botanique... Elles tenteront de disséquer l'amour sous toutes ses formes, du paléolithique à l’époque moderne, de l'état amoureux à l’amour mystique en passant par l’amour filial et même l’amitié.

Catherine, médecin, haptothérapeute, établit le parallèle entre la relation mère/bébé et celle que les adultes rejouent ensuite, et Emma apporte sa part de réflexion décalée pour aider les spectateurs à avancer sur le sujet, Patrick, philosophe, sera interviewé et ses interventions ponctueront le spectacle…

Soirée argentine, musique et danse (33, parquet basket)

Le trio Acordate Tango et Marie Gourion, avec le Duo Criollando organisent une soirée découverte du Tango, de la Chacarera et de la musique traditionelle argentine, pour nous faire découvrir la force de la musique et de la dance dans leur puissance de communiquer. Une initiation au tango et à la chacarera sera prévue pour danser tous ensemble !

Ateliers 2014

PARCOURS 1 : Alternatives à la peur

 

Les Concerts du Sud (nn)

14_Alternatives à la peur

Concerts des représentants des ex-pays coloniaux ayant participé à la Première Guerre mondiale

Mascha Joint Lambert

mascha.jl <mascha.jl[@]laposte.net>

 

Basket fauteuil (nn)

14_Souci de soi, soin de l'autre

découverte et pratique ludique du basket fauteuil avec les sportifs de haut niveau

Oren Gost et Kamel Bensalem

 

PARCOURS 3 : Les futurs désirables

 

Savoirs faires traditionnels 

Hors Parcours

alybaba37@yahoo.fr

Aly Baba Saly Dianka

 

Les documentaires diffusés 2014

VENDREDI 4 Juillet

 

Zarina KAHN
Essabar ou le refuge de l’être
France, Mali (2000), 90’
« Essabar, c’est une natte tressée avec la paille fragile du désert. Elle se déroule pour abriter le feu du vent, pour protéger du froid les voyageurs qui s’arrêtent sous les étoiles. Elle devient, le temps des haltes, le seul repère dans l’immensité des sables. Essabar, c’est l’abri que l’être se tresse lui-même lorsqu’il n’a plus d’autre référence que le ciel au-dessus de sa tête et la terre à fouler de ses pas. »
VENDREDI 4, 18h
Projection suivie d'un débat

"La société se cache derrière "des bunkers de catégories".
Nous ne pouvons pas dire qui nous sommes si nous ne pouvons pas dire d’où nous venons ou à quelle communauté nous appartenons. (…)
Mon travail est de supprimer les frontières et les catégories. Un processus urgent, parce que ces bunkers sont là où commence la guerre.
"
(Z. Kahn)

 

LE GRAND GENEVE A CHAUD, "Côté nuit, côté soleil"
Suisse (2014), 17'
Extrait de l'émission "Grand Genève à chaud" sur la chaîne de télévision genevoise Léman Bleu, présentée par le journaliste indépendant Pascal Décaillet de l'Agence Décaprod à Genève. Interviews de Muriel Scibilia, auteur de « Côté nuit, côté soleil » sur le cancer des enfants (éditions Slatkine) et de ceux qui en ont guéri (David, Margaux, Jérémy). 
VENDREDI 20h

 

SAMEDI 5 Juillet

 

Bruno VIENNE
Prisonniers  volontaires de la banquise
France (2007) (52’)

L’épopée de la première partie de la longue dérive de Tara ! De septembre 2006 à janvier 2008, Tara a dérivé en Arctique au cœur d’une région essentielle au devenir du climat de la Terre. Deux chiens et huit petits hommes au milieu de l’immensité arctique enfermés dans la longue nuit polaire vivent une aventure où la moindre erreur peut être fatale, l’univers de glace est aussi fascinant qu’impitoyable... 
SAMEDI 5 Juillet à 13h

 

Michelle DECOUST
« Auroville, une Terre pour Demain », Vers une écologie spirituelle
Inde (2010), 55’

Comment le mariage entre écologie et spiritualité, travail intérieur et extérieur, a permis à Auroville de devenir, en quarante ans, un « laboratoire du vivant » capable de proposer des solutions concrètes au reste de notre Planète ?
SAMEDI 5, 18h
Projection suivie d'un débat

Auroville est une cité cosmopolite née en 1968 en Inde sur une terre désertique,
avec l’ambition d’être le lieu d’une vie communautaire universelle, pacifique et harmonieuse.
Pour en savoir plus, rendez-vous dimanche 6 juillet à 18h.

 

Joël PELERIN
« J'érige Madagascar en pierre... »
Madagascar (2014), 15’

Se rassembler autour d'un devoir de mémoire, au nom de sa seule humanité, pour transcender nos clivages, et se forger une identité commune afin que le sacrifice de nos ancêtres arrête d'être une souffrance, génère une unité, et devienne une force pour leur descendance.
SAMEDI 5, 20h
Projection suivie d’un débat

 

DIMANCHE 6 Juillet

 

Franck BIASINI, Martine BUHRIG
L’art-parole
France (2014), 28'

Initié en 2009, le mouvement des workshops « Créativité et Humanisme » ne cesse de s’étendre de par le monde. Artistes, citoyens et personnes en situation de grande précarité créent ensemble autour d’ « œuvres-rencontre ». Ils ouvrent ainsi de nouveaux espaces démocratiques en articulant l’acte culturel, artistique et politique.
DIMANCHE 6, 18h
Projection suivie d’un débat

 

Michel GRANGER
Tank you
Pologne (2009), 15’

Un aperçu de la performance réalisée le 20 juin 2009 par Michel Granger.  Un atelier éphémère, l’aéroport de Legnica en Basse-Silésie. Un pinceau, un char d’assaut de l’armée polonaise. Et si les chars des différentes armées s’arrêtaient de faire la guerre pour peindre?

En 1989, Michel Granger dédie une série de peintures Traces à Wang Weilin qui avait défié les chars de l’armée chinoise sur la Place Tienanmen.
L’expérience continue en 2007 et en 2009 avec la série Empreintes.

 

Le temps de la fête 2014

19h-22h : Le temps de la fête : théâtre, concerts et cuisines du monde

Vendredi 4 Juillet

Le mystère du journalisme jaune

19h00 - Agora B

Sur les traces de Joseph Rouletabille, Philippe Merlant part élucider ce très curieux mystère : « Pourquoi les médias sont-ils si souvent du côté du manche, du côté du pouvoir, du côté des puissants ? » Une enquête de l'intérieur, nourrie par 40 ans d'exercice du métier de journaliste. Et une invitation à trouver des pistes pour réconcilier information et démocratie.

Gaïmalis

19h00 - Grande Scène

Musiques et chants traditionnels de Bulgarie, Macédoine, Turquie, Grèce, … mais aussi d’Irlande ou de Suède ainsi que quelques compositions.

Sur les chemins des Orients d’Europe avec des escapades dans les brumes du Nord.

Compagnie Second Souffle

20h05 - Grande Scène

Danse contemporaine urbaine, chorégraphe et danseurs, pédagogues et créateurs avec des extraits de "La Marche", grande chorégraphie de la Marche pour l'égalité de 1983, présentée au théâtre de Vénissieux en 2013 avec Azdine Benyoucef et Toumi Djaidja, Christian Delorme mais aussi l'artiste peintre Michel Granger

CHET NUNETA - Polyphonies d'Ailleurs

20h50 - Grande Scène

Dans son dernier spectacle, "Pangea", CHET NUNETA explore la voix au travers de la tradition et de la création musicale. En m'bochi, en napolitain, en ladino, en mandarin, le groupe a souhaité partager ses amours et ses révoltes en abordant des thèmes aussi large que l'attachement à la terre natale, la quête du bonheur, la déforestation ou encore les dégâts causés par les mafias contemporaines.
Une langue méconnue, un dialecte en voie de disparition, l'histoire d'un peuple, un poème populaire, autant de points de départ pour une immersion dans un continent sans frontières...

                            

L'Iran éternel

19h00 - Roseraie

Visage d'hier et d'aujourd'hui à travers ses musiques…
Ce voyage est un hommage à la culture persane et qui rendra hommage à la Musique, à la Danse, à la Poésie…
Le Tar et le Tombak vous feront voyager en Iran et la Danse vous transportera, au son des Dafs, au coeur de la Musique Soufie.
Avec la participation de Fereshteh Nasr, Navid Abassi, David BRULEY

Mickaël Ara Pemma

20h15 - Roseraie

Nous vous invitons à un voyage musical aux langues diverses et inspirés. Elles découlent d’influences culturelles et spirituelles d’hier et d’aujourd’hui. Parmi eux des Bhajans : Ce sont des chants Indiens considérés comme un Yoga, dont la pratique apporte joie, détente et sérénité profonde. Ce concert interactif invitera aussi ceux qui le souhaitent, à chanter certains chants facilement accessibles au public.

Samedi 5 Juillet

Savoir en Actes – Conférences théâtralisées

19h00 - Statue G7

L'association Savoir en actes présentera deux conférences « scientifiques » et humoristiques, afin de réfléchir ensemble aux grandes questions qui se posent à l’humanité : l'accélération du temps et la crise énergétiquel'association Savoir en actes présentera deux conférences « scientifiques » et humoristiques, afin de réfléchir ensemble aux grandes questions qui se posent à l’humanité : l'accélération du temps et la crise énergétique.

« TIC-TAC, le Temps c'est de l'Argent » - conférence gesticulée de Philippe Cazeneuve
Tout commence par un paradoxe, plus on invente des techniques pour gagner du temps … et moins on a de temps disponible ! La partie d'échecs perdues en 1997 par Gary Kasparov contre l'ordinateur Deep Blue marquerait-elle le début de la fin d'une informatique maîtrisée par l'humain ? La place prise par le trading à haute fréquence au sein des places boursières mondiales semblerait aujourd'hui le confirmer.

« Énergitude et citoyennification » - leçon théâtrale de physique populaire du Professeur Kiddonk Sysnetoua
Nous découvrirons les 3 composantes de la crise énergétique :
exploitation des énergies fossiles à la base de la révolution industrielle avec à la clé le changement climatique causé par les gaz à effet de serre,
développement de l’électronucléaire,
perspectives de transition énergétique … 
Tout ça pour réaffirmer la place du citoyen dans les débats à tenir !

Ces conférences s'adressent à un public de 11 ans (ou un peu plus) à 111 ans (ou un peu moins) et durent chacune une heure (ou un peu plus, à un chouya près).

L'association Savoir en actes propose de questionner les usages et les applications des sciences et technologies dans la société,  afin de développer un regard citoyen critique et constructif.
Pour en savoir plus : savoirenactes.info

Concert Piano/Voix d'Emilie LLAMAS

19h00 - Grande Scène

Auteure-compositrice-interprète, fondatrice de Milivoiz (www.milivoiz.com), Emilie Llamas chante et s'accompagne au piano. Ses chansons celles d'une femme sensible, inspirée par la thématique de la naissance : "Des ventres ronds naissent les chansons..." chante-t-elle en écho à sa collaboration artistique avec la photographe Hélène Alice (exposition 2=3 et même plus parfois).
En prolongation musicale de l'agora "De la venue au monde à l’éducation à la joie !", Emilie invite toutes les générations à partager son univers artistique, entre tendresse et émotions.

Le trio de Fayçal Salhi

19h55 - Grande Scène

Compositeur et joueur de Oud, Fayçal Salhi nous emmène là où l'Europe se confond avec l'Orient. Profondes et mystérieuses, les sonorités de ce trio s'unissent pour générer un ensemble musical qui va bien au au-delà de la simple fusion de deux genres. Fayçal parvient à créer une atmosphère, une ambiance "unique" à la hauteur d'un compositeur "unique".

Le blues de Jean Sangally

20h55 - Grande Scène

Jean SANGALLY est incontestablement l’un des bluesmen français les plus touchant et talentueux du XXIème siècle.
Alchimie des genres d’où jaillit sa musique, Jean Sangally est né au Cameroun où il s’est imprégné durant toute son enfance des divers rythmes, mélodies et harmonies d’Afrique.

Son long séjour en Europe lui permet ensuite de s’initier aux musiques occidentales. Il retrouve dans le blues la quintessence de ses influences musicales.
Il restitue les mêmes émotions et les mêmes frissons que le font les plus grands bluesmens américains.
Ses thèmes d’inspirations parlent du quotidien, des soirées entre amis, des rencontres fugaces pour parfois partir en «délire ».

Jam Session

21h40 - Grande Scène

Dans le cadre de la fête fraternelle en souvenir de la Grande Guerre, mettons à l'honneur les pays impàliqués dans la guerre en tant qu'anciennes colonies, et que les diversités musicales se conjuguent dans une commune harmonie humaine !

La ballade de la lavandière

Rencontre avec Olivier de Serres agronome et visionnaire du 16ème siècle

19h00 - Départ "Agora A" jusqu'à la Roseraie

L'artiste Zarina Khan (texte et mise en scène) invite à partir à la rencontre d'Olivier de Serres, agronome et visionnaire du 16ème siècle. De l'agriculture et du respect du vivant qui l'anime, la pièce se déporte vite sur des thématiques plus cosmopolitiques : la guerre entre catholiques et protestants mais aussi la dévastation de la conquête du nouveau monde et l'appel à l'harmonie entre les hommes, et entre la terre et les hommes.

Un duo musical et poétique pour deux voix et harpe

20h15 - Roseraie

Deux voix, deux femmes en dialogue sur l'amour. De la passion à la raison, de la certitude aux doutes, d'éros à agapè et de l'amour particulier à l'amour universel, Anne-Marie Codur et Margot Varret vous invitent à un parcours musical enchanteur et féerique...

Dimanche 6 Juillet

Sommes-nous en democratie ?

19h00 - Agora B

Un patient, en visite chez son médecin psychanalyste (mais surtout philosophe) cherche à comprendre et soigner sa pathologie. C'est le prétexte pour nous interroger, ensemble, sur le régime politique dans lequel nous vivons.

Un régime de gouvernement représentatif oligarchique où le pouvoir des citoyens est confisqué ou bien une démocratie comme on l'entend constamment ?
1h25 pour remettre les pendules à l'heure.

Très complète et dense, elle reste cependant drôle et accessible à tous (le personnage du patient qui incarne la plupart des positions populaires et autres idées reçues permet notamment cela). Suivi d'une discussion.

La Belle Hélene

19h00 - Grande Scène

L'association Voix en Développement (VED) a développé des projets intergénérationnels d'art lyrique dans les quartiers dits "sensibles" depuis plus d'une dizaine d'années.
Ces projets intitulés "Une diva dans les quartiers" ont été menés par la Mezzo-soprano et pédagogue Malika Bellaribi-Le Moal avec Christian Le Moal psychopraticien.

Le projet de cette année est une réduction de l’Opéra-bouffe de Jacques OFFENBACH "La belle Hélène". Il est produit en partenariat avec les centres sociaux de  Bondy et de Créteil.  Malika Bellaribi Le Moal enseigne dans les ateliers de ces centres sociaux la technique vocale à des personnes sans connaissances musicales particulières.

Pour d’aboutir à un spectacle mêlant des gens des quartiers populaires à des professionnels de l’Opéra,  ils ont élaboré une pédagogie  de la découverte qui consiste pour les amateurs à expérimenter sans a priori le chant lyrique afin de prendre conscience en profondeur du mécanisme de production du son.

Explorer les sons à partir du savoir être (le droit à l’erreur et l’acceptation inconditionnelle de soi), les 5 sens, les émotions et la dynamique corporelle, permet de découvrir sa puissance et sa justesse vocale, mais également de maintenir sa ligne musicale de manière autonome. Cette pédagogie permet à des amateurs d’avoir confiance en eux face au professionnels, de prendre de l'aisance, d’être à l'écoute également des musiciens et des solistes et crée une solidarité de l’ensemble  de la troupe.

Abyssinie Club

19h45 - Grande Scène

La rencontre du Dancehall Ethiopien avec le Dancefloor Européen 

Un envoûtant mélange musical et visuel explorant de nouveaux territoires artistiques et qui vous emmènera au-delà des frontières franco-éthiopiennes, là où les sons électro rencontrent la pop éthiopienne la plus fraîche.

Emma la clown, Catherine Dolto et Patrick Viveret font le bilan : et l'amour dans tout ça ?

20h45 - Grande Scène

Emma la clown & Catherine Dolto
Les deux conférencières, qu’aucun sujet n’effraye, s’attaquent à l’Amour.

 
Emma la clown & Catherine Dolto

Dans cette conférence entre rire et gravité, les deux comparses, Catherine Dolto et Emma la clown, mettent l'amour à nu, et abordent la Chose sous divers angles : historique, gynécologique, ethnologique et philosophique, avec la complicité de Patrick Viveret et Marcos Arruda. 

 
Tout sur l'amour

Elles tenteront de disséquer l'amour sous toutes ses formes, du paléolithique à l'époque moderne, de l'état amoureux à l'amour mystique en passant par l'amour filial et même l'amitié.


Le dessin

L'amour rend aveugle

Soirée argentine (musique et danse)

à partir de 18h45 - Parquet Basket (33)

Le trio Acordate Tango et Marie Gourion, ainsi que le Duo Criollando organisent une soirée découverte de la musique et de la danse traditionelle argentine, dans toute leur puissance de communiquer. Une initiation au tango et à la chacarera sera prévue pour dancer tous ensemble !

Personnes confirmées 2014

 

  • Alain Caillé Sociologue français. Il a produit des études anthropologiques et sociologiques sur l'économie vue sous l'angle du don, fondateur et animateur de la revue du MAUSS et du réseau des convivialistes, auteur du "Manifeste du convivialisme"
  • Alain Chabrolle Vice président Santé Environnement Région Rhône Alpes
  • Alain Cornec avocat des droits humains et de la famille
  • Alain Ducrot artiste Gaïmalis
  • Ali Kismoune fondateur du Club Rhône Alpes Diversité, conseiller délégué pour la Politique de la Ville à Lyon
  • Ali Moussa Iye Chef Section Histoire et Mémoire pour le Dialogue Division des programmes thématiques pour la Diversité, le Développement et le Dialogue, UNESCO
  • Ali Serhrouchni directeur du campus HEM Rabat, Enseignant Universitaire en management et marketing à l’Université Mohamed V - Souissi - Maroc
  • Alija Balic jeune bosnien réuni en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Alisa Bartholovich membre de la chorale Pontamina (Sarajevo) - Bosnie
  • Aly Baba Saly Dianka artisan franco-sénégalo-congolais de Poitiers
  • Ananda Siddhartha Chercheur sur les questions liées à la sylviculture, le changement climatique et l'environnement, membre de Pipal Tree. Responsable du festival de musiques de fireflies. Bangalore, Inde
  • André Choukroun La Décontraction à la Française
  • Aniko Matzk jeune allemande réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Annabelle-Mauve Bonnefou Adjognon Enseignant-chercheur spécialisée en sociologie des organisations, Professeur de Management et de Développement Durable à Reims Management School (RMS) et HEC Paris
  • Anne Boisard thérapeute et hypnothérapeute médicale à Londres auprès d'adolescents
  • Anne Roy artiste Chet Nuneta
  • Anne-Marie Codur Boston University USA, a réalisé sa thèse au Local Environnement Institut, membre du think tank "nonviolent conflict", Consultante, auteure compositeure au répertoire éclectique (opéra et classique, cabaret, Middle East et pop)
  • Annick Thébia-Melsan auteure, scénariste et documentariste, "Aimé Césaire, le Leg"
  • Antoine Grande jeune pédagogue engagé au Mémorial de la Prison de Montluc (Lyon)
  • Antonella Verdiani Printemps de l'éducation, formatrice et docteur en science de l'éducation, auteure de "Ces écoles qui rendent nos enfants heureux" ed LLL
  • Arnauld Riou, auteur, coach, formateur, conférencier, comportementaliste
  • Aviram Rozin co-fondateur de la démarche de permaculture à grande échelle « Sadhana Forest » à Auroville en Inde, dont l’ambition est de recréer des terres fertiles là où la désertification progresse ; le projet est exporté depuis peu à Haïti et au Kenya - Inde
  • Azdine Benyoucef chorégraphe, artiste, danse contemporaine urbaine, dirige la Compagnie Second Souffle née à Vénissieux, investi dans des projets artistiques et pédagogiques en Europe, au Sénégal, au Vietnam, accompagne le projet VoCE d'accueil de jeunes de Sarajevo, Lublin, Berlin; co produit avec l'artiste peintre Michel Granger la chorégraphie de "La marche"
  • Beata Wydra jeune polonaise réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Béatriz Salmeron-Martin artiste Chet Nuneta
  • Benoit Grosjean Directeur association et animateur chez Pic et perches
  • Benoit Martimort-Asso responsable de la prospective et stratégie, IRD Institut de Recherche pour le Développement
  • Bernard Bolze auteur de "histoire des prisons de Lyon", Dialogues à l'ancienne prison de Montluc
  • Blandine Lebourgeois expérience en entrepreneuriat agricole et familial, pionnier en Afrique, au Bengladesh, aux Philippines. A engagé le projet de Songhaï au Bénin pendant plus de 10 ans, contribuant à la formation et à l'essaimage de nombreux jeunes fermiers pionniers d'une agriculture vivriaire écologique. actuellement en poste au CIEDEL
  • Bruno Mattei, philosophe, enseignant à l'université populaire de Roubaix, il se définit lui-même comme un "cosmo-politain" et un "philosophe en liberté" 
  • Bruno Vienne cinéaste documentariste auteur du film TARA, ainsi que des documentaires Dialogues en humanité sur Stéphane Hessel, Henryane de Chaponay, Devinder Sharma, Patrick Viveret
  • Carlos Dos Reis Association et mouvance
  • Catherine André journaliste, ex rédactrice en chef adjointe à Courrier International
  • Catherine Dolto médecin spécialisée dans l'arrivée dans la vie et la fin de vie, haptonome, auteure de nombreux ouvrages à destination des enfants, des adolescents et des parents
  • Catherine Jourlain Pacte civique, Directrice adjointe chez Groupe EOS
  • Céline Laly  enseigne le Wu tao
  • Charles Chatelain Enseignant de yoga à Terre du Ciel
  • Cherif Ferjani politologue spécialiste de la Méditerranée
  • Chet Nuneta Groupe musical
  • Christel Hartmann-Fritsch déléguée générale de la Fondation Genshagen Berlin pour la coopération franco allemande et européenne pour la culture, organise Akademie unter Baümen/dialogues en humanité à Berlin depuis 2010
  • Christian Delorme investi dans le dialogue interreligieux en particulier avec les musulmans, disciple chrétien de Gandhi, investi dans les droits humains notamment au Tibet, auteur de "La marche" ed Bayard culture, prètre des paroisses d'Oullins et de Pierre Bénite
  • Christian Epanya Auteur dessinateur de nombreux livres dont "Taxi brousse" avec Jean-Yves Loude 
  • Christian Margaria, Ancien directeur de l’INT et président de la Conférence des Grandes Écoles, conseiller spécial pour l’enseignement supérieur du Commissaire à la Diversité et à l’Égalité des Chances, conseiller spécial formation et enseignement supérieur auprès du Délégué Interministériel à la Lutte Contre le Racisme et l’Antisémitisme (DILCRA)
  • Christine Adjahi conteuse, écrivain, Festival International du Conte et de la parole FICOP au Bénin et des 1er Dialogues en humanité à Porto Novo - Bénin
  • Christine Bisch Gawad Kalinga Lyon, AEH et Dialogues l'association
  • Claire Chouvet association Terre et Ciel, ingénieur commercial
    Claire Gallet
  • Claire Le Franc, conseillère générale, adjointe au Maire de Villeurbanne
  • Claude Domeizel Sénateur, Alpes de Haute Provence
    Clément Raymond : brillant conférencier en histoire et géopolitique
  • Clotilde Charreton Responsable de service Bibliothèque Municipale de Lyon
  • Cristina Silva artiste brésilienne
  • Cyril Kretzschmar, conseiller délégué Région Rhône Alpes
  • Cyrille Colombier Directeur artistique de VoCe et chef de chœur Ensemble21, Novalaise
  • Dalila Ahmetovic jeune bosnienne réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Damien Chafeddine  réflexologue à lyon (Croix Rousse)
  • Daniela Schwendener médiatrice pénale & généraliste : patrimoniale, de couple, en entreprise
  • David Berli, responsable associatif, association Passeur de lien
  • David Bruley artiste expert en musiques persanes, développe une méthode de relaxation musicale 
  • David Eloy rédacteur en chef Altermonde
  • David Kimelfeld Maire du 4eme arrondissement de Lyon, 1er vice-président du Grand Lyon
  • Debora Nunes architecte, urbaniste, enseigne l'Economie sociale et solidaire à l'UNIFACS Brésil, présidente et fondatrice du Brécho eco solidario avec les professionnels de la solidarité, les étudiants et enseignants de Salvador de Bahia, co organisatrice de 4 Dialogues en humanité à Salvador de Bahia et coordinatrice des 5 territoires d'essaimage des Dialogues au Brésil : Salvador, Rio de Janeiro, Terra Mirim, Itacaré, Foz do Iguazu, auteure d'un rapport pour l'UNESCO sur la participation citoyenne
  • Delphine Poubanghi association de solidarité Nantes et Centrafrique
  • Denis Moyen médecin acupuncteur et spécialiste d'auriculomédecine et de la technique EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing)...
  • Denise Menu présidente Les Péniches du Val de Rhône
  • Devinder Sharma  journaliste et penseur indien, spécialiste de l'alimentation, l'agriculture, la faim, la biodiversité et la lutte contre la pauvreté. Conseiller du Parti des Personnes de la rue, mouvement citoyen créé pour lutter contre la corruption politique.
  • Djaidja Toumi Symbole et initiateur de la marche pour l’égalité de 1983
  • Dominique Carnino Animatrice de chants-mantras, troupe Kaoutchan
  • Dominique Doré Initiatrice et porte-parole du réseau des SEL Ile de France
  • Doudou Diène conseiller auprès des Nations Unies, rapporteur sur les discriminations et le racisme
  • Dounia Besson adjointe au Maire de Lyon ESS 
  • Dunja Kazić membre de la chorale Pontamina (Sarajevo) - Bosnie
  • Duo Criollando  duo de canto criollo, musique traditionnelle de l'Argentine du nord
  • Edgar Morin, philosophe, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS et à l'EHESS, Edgar Morin est docteur honoris causa de plusieurs universités à travers le monde, auteur notamment de Penser l'Europe; Pour une politique de la civilisation, et Le chemin de l'espérance; La voie pour l'avenir de l'humanité; nombreux ouvrage sur la méthode, la complexité; il est un des inspirateurs des Dialogues en humanité avec Patrick Viveret et l'Ambassadeur Stéphane Hessel  
  • Elisabeth Senegas porte les Dialogues en humanité à Grenoble, dans la foulée de son investissment à Entr'actifs à Voiron et à la création animation du lieu "La Causerie"
  • Elsa Dréau-Rivière artiste, auteure d'un ouvrage sur les créatifs culturels
  • Emma la clown artiste clown engagée qui aborde le jeu des thématiques sérieuses ; cofondatrice de la compagnie La Vache libre, travaille depuis 2 ans en duo avec Catherine Dolto
  • Emerson Sales Pr de physique directeur de l'Institut de chimie UFBA, expert en energies renouvelables, engagé dans le réseau international des Dialogues en humanité - Brésil
  • Emilie Llamas  chanteuse et musicienne sensible, inspirée par la thématique de la naissance
  • Enin Kasić membre de la chorale Pontamina (Sarajevo) - Bosnie
  • Eva Lartigau Fondatrice « Humanimal Earth Lartigau Project »
  • Evelyne Briois Directrice de la stratégie et des ressources humaines à Carling
  • Fabien Rodhain, écrivain humaniste à Lyon
  • Fanny Viry Association Anciela
  • Fatiha Toumi Bibliothèque municipale du 1er arrondissement
  • Fatou N'Doye  du réseau ALPADEF au Sénégal (Alliance Panafricaine pour le Développement de l'Entrepreunariat Féminin)
  • Fayçal Salhi jazziste et joueur d'oud engagé et sensible
  • Fereshteh Nasr artiste iranienne
  • Fernanda Leïté directrice du CCO et initiatrice des cafés citoyens mensuel du CCO de Villeurbanne en réseau avec les Dialogues en humanité dans le monde
  • Fouad Achkir artiste Chet Nuneta
  • François Fayolle directeur de la MJC de La Duchère, facilitateur du Festival D'Art et D'Air
  • François Rabourdin Communication non violente
  • Gaël Tavernier, formatrice en entreprenariat humain (Atelier 7, Simplement autrement)
  • Gea Fazzino élève de la Brockwood Park School Londres
  • Geneviève de Beco Consultante innovation et créativité en entreprise
  • Geneviève Guyonnet
  • Geneviève Jacobelli 
  • Gérard Claisse Adjoint au Maire de Lyon
  • Gérard Collomb Sénateur Maire de Lyon, Président du Grand Lyon, co fondateur des Dialogues en humanité
  • Gérard Magnin fondateur du réseau de 1000 villes européennes "Energy Cities"
  • Géry Moutier directeur du Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Lyon
  • Gislaine Kiejna  haptothérapeuthe psychologue clinicienne
  • Ghislaine Hierso président des Petits Débrouillards
  • Guillaume Rouyer Conseiller en communication, doctorant philosophie politique
  • Hajbouha Zoubeir Conseil Economique et Social du Maroc, chef d'entreprise et expert économique
  • Halise Saritag agricultrice à Elazir en Turquie
  • Hawa Ali Traoré,co-responsable du Pôle genre et développement social du Réseau national d’appui à la promotion de l’économie sociale et solidaire au Mali (RENAPESS)
  • Hélène Alice artiste photographe, co fondatrice du Joyeux petit Festival
  • Hélène Combe Sociologue et politiste. Titulaire de la Chaire "développement humain durable & territoires" de l'Ecole des Mines de Nantes
    Hélène Conway-Mouret : Ministre déléguée chargée des Français de l'étranger
  • Hélène Dumarski anglophone, traductrice volontaire aux Dialogues
  • Hélène Geoffroy, députée, maire de Vaulx en Velin
  • Héloïse Marie Architecte
  • Henryane de Chaponay citoyenne engagée du monde, co auteure de Toile filante
  • Thierry Philip Vice président du Grand Lyon, Maire du 4ème Arrondissement de Lyon
  • Irène Koukoui organisatrice des Dialogues en humanité au Bénin
  • Ivan Maltcheff Association TPTS (transformation personnelle, transformation sociale), ancien DRH, conseil en stratégie d'entreprise
  • Ira Campos artiste brésilienne
  • Jacky Blanc porteur du projet de création d'une banque ethique européenne
  • Jacques Lecomte, psychologue spécialisé en psychologie positive, auteur notamment de La bonté humaine ; altruisme, empathie, générosité
  • Jacques Méhu artiste Gaïmalis
  • Jalal Nadarou Délégué du préfet du Rhône, Feyzin Saint-Fons
  • Jay B artiste Abyssinie Club
  • Jean Chabi Orou Ambassadeur, Délégué permanent du Bénin auprès de l'UNESCO
  • Jean-Claude Ameisen, Directeur du Centre d'études du vivant (Institut des Humanités de Paris, Université Paris Diderot), président du Comité consultatif national d'éthique.
  • Jean Fabre Genève, Programme des Nations Unies pour le Développement
  • Jean Frebault président du Conseil de Développement du Grand Lyon et réseau des CdD
  • Jean Sangally  l’un des bluesmen français les plus touchant et talentueux du XXIème siècle, France Cameroun, a joué avec les plus grands noms du blues aux USA et dans le monde
  • Jeanne Allaire Kayigirwa Vice présidente Ibuka ("souviens-toi") Mémoire, justice et soutien aux rescapés du génocide des Tutsi du Rwanda, témoin dans la pièce de théâtre "Tutsi!" mis en scène par Dominique Lurcel de la Compagnie "Passeurs de mémoires"
  • Jean-Claude Ameisen médecin, chercheur, président au Comité consultatif national d'Ethique (CCNE) et animateur de l'émission "Sur les épaules de Darwin" sur France Inter
  • Jean-Luc Groleau président des Ateliers de l'Entrepreneuriat Humaniste AEH
  • Jean-Marc De Boni président du directoire de la Nef, pour que l'argent relie les hommes
  • Jean-Marc Rougny  Yoga du Rire
  • Jean-Paul Rostain artiste Gaïmalis
  • Jean-Philippe Seunevel Chant Vital,  directeur artistique  de la troupe de chants spontanés Kaoutchán
  • Jean-Pierre Worms sociologue français (premier collaborateur de Michel Crozier), Vice président de Initiative France, engagé pour le pouvoir d'agir citoyen et la lutte contre la corruption
  • Jérôme Bar association Aequitaz, co organisateur du Parlement libre des jeunes
  • Jérôme Boisard thérapeute et ostéopathe à Londres
  • Joachim Kokaté conseiller du premier ministre de Centrafrique
  • Jhonny Rodriguez Maison des Solidarités internationales et locales à Lyon
  • Joseba Achotegui, psychiatre, fondateur et directeur du service psychiatrique à l'attention des réfugiés, à l'hôpital de Barcelone, Espagne.
    Joseph Olabiyi Babalola Yai ancien président du Conseil executif de l'UNESCO, Président de la Commission Culture du G77, Ambassadeur du Bénin
  • auprès de l'UNESCO, universitaire spécialisé en littératures et langues africaine, alphabétisation, poésie orale et cultures des diasporas africaines. Il a enseigné dans les universités du Bénin, Nigéria et Floride USA, et fut chercheur invité à l'université de Bahia au Brésil, Birmingham GB et Tokyo au Japon

  • Joseph Pariaud artiste Duo Criollando
  • Josip Katavić membre de la chorale Pontamina (Sarajevo) - Bosnie
  • Joyce Liddle spécialiste en stratégies et politique publique, enseignante à la British Academy of Social Sciences
  • Julie-Céline Grobon Association Vers un Sens de la Vie
  • Julien Berlusconi co-initiateur de la monnaie locale lyonnaise
  • Justyna Adamiak jeune polonaise réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Justyna Sawa jeune polonaise réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Karim Mahmoud-Vintam président de l'association "Les Cités d'Or", école buissonnière pour les jeunes
  • Karima Delli députée européenne
  • Katarzyna Dudziak jeune polonaise réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Kiflé Selassie Beseat historien et ancien directeur du patrimoine de l'UNESCO
  • Lamia Radi directrice de la coopération culturelle Ministère des Affaires Etrangères du Maroc
  • Laura Flessel-Colovic escrimeuse française double championne olympique, six fois championne du monde et une fois championne d'Europe. Qualifiée pour ses cinquièmes et derniers Jeux olympiques à Londres, elle y est le porte-drapeau de l'équipe de France lors des cérémonies d'ouverture le 27 juillet 2012, et de clôture le 12 août. Elle est surnommée la guêpe en raison de sa spécificité à toucher les adversaires au pied
  • Laurent Chaigneau ingénieur à Air France-KLM
  • Leo Brasileiro cinéaste auteur de film sur l'économie circulaire et l'engagement  citoyen, membre de la REDE (Réseau des professionnels solidaires pour la citoyenneté) 
  • Lia Bordage ancienne élève de la Brockwood Park School
  • Lilia Ruocco chanteuse et artiste Chet Nuneta
  • Linda Huurman Petits Débrouillards de Grenoble
  • Loïc Chabrier, adjoint au maire de Villeurbanne, délégué à la culture et conseiller communautaire au Grand Lyon
  • Loraine Machado artiste et manager
  • Lorella Pignet Fall présidente de l'ALPADEF (association panafricaine de l'entrepreneuriat des femmes), enseigne à l'IAE Université Lyon3, projet Dialogues en humanité au Sénégal
  • Louis Join-Lambert ancien responsable ATD quart monde, membre actif de VoCE à Chambéry
  • Lucia Coniglio Chanteuse et artiste
  • Magali Ravit Département psychologie clinique Université Lyon2
  • Maja Bojanić membre de la chorale Pontamina (Sarajevo)
  • Malika Bazega artiste franco-marocaine-algérienne, produit "La complainte de la ménagère" et "Madame Messalha", diplômée de "l'ENA" (Ecole de Nettoyage Apliquée), Grenoble 
  • Malika Bellaribi-Le Moal surnommée "la diva des banlieues", cantatrice lyrique, Mezzo soprano et pédagogue, auteure de « Les Sandales blanches », engagée avec les centres sociaux de Bondy et de Créteil, porteur de projets intergénérationels d'art lyrique dans les quartiers "sensibles" 
  • Malorie Clermont Association Tabadol
  • Mamadou Konate, enseignant et ex-président du groupe PS au conseil municipal
  • Man Han Yor exerce Tai Chi et Chi Kong à Lyon (Croix Rousse)
  • Manuel Amelong artiste Acordate Tango
  • Marc Jamet professeur d'Aikido, a développé une méthode d'Aikinostress
  • Marcos Arruda économiste, universitaire et expert en éducation populaire.     Professeur associé de différentes universités au Brésil, en Suisse et aux États-Unis. Emprisonné et torturé puis exilé pendant 11 ans, durant la dictature militaire au Brésil. Co-fondateur de l’Ibase (Instituto Brasileiro de Análises Sociais e Econômicas) ; directeur du PACS (Politiques alternatives pour le Cône Sud), conseiller de gouvernements locaux et du  Parti des travailleurs dont sont issus les Présidents Lulla Da Silva et Dilma Roussef , Auteur de « l’éducation à une économie de l’amour ». Marcos Arruda a également animé une conférence TEDx sur l’Economie de l’amour
  • Marlena Dobrynska jeune polonaise réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Marie Cheron association 4D
  • Marie Gourion danseuse de tango et enseignante du "Tango du sensible"
  • Marie Louboutin Architecte, Urbaniste
  • Marie-France Antona engagée depuis près de 20 ans pour la valorisation respectueuse et interculturelle du quartier du pont
  • Marie-Laure Hairie Terre du Ciel, Fleurs du vivant, Incarner l'utopie
  • Marie-Neige Blanc adjointe au Maire de Villeurbanne pour le quartier Saint-Jean
  • Marie-Noëlle Besançon présidente "Les invités au festin", réseau et expérience innovante d'alternative psychiatrique et citoyenne
  • Martine Buhrig sociologue anthropologue, engagée au foyer Notre dame des sans abris, présidente d'ADEFI, et porteuse d'un projet de Dialogues au Sénégal
  • Maryvonne De Backer formatrice et engagée pendant plusieurs dizaines d'années à Handicap International, Douleurs sans frontière, soins palliatifs
  • Mascha Join-Lambert présidente de VoCE Voix et Chemins d'Europe / Voices from Citizens of Europe
  • Mata’i Souchon des Gentils virus
  • Mathilde Anstett artiste comédienne
  • Maximiliano « Moscato » Luna artiste Acordate Tango
  • Melina Dzelovic jeune polonaise réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Melli artiste Gaïmalis
  • Mériem Bouras-Daoud; directrice Arts et Merveilles Production
  • Mickaël Boutin Mouvement des Colibris de Lyon
  • Mickaël Fernandez artiste Chet Nuneta
  • Mickaël Ara Pemma artiste 
  • Michel Odent chirurgien obstétricien et auteur depuis 1990 de nombreux ouvrages dont "Le bébé est un mammifère" 2011 et "La Naissance et l'évolution d'Homo sapiens" 2014
  • Michel Granger artiste peintre mondialement connu pour le respect de la terre, a réalisé des performances artistiques engagées en France et en Pologne transformant des chars de l'armée en "pinceau" suite au choc à la vue de l'étudiant face à un char sur la place Tienanmen
  • Mirhad Kandzetovic jeune bosnien réuni en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Mister Goodfull slamer
  • Mona Ebrighith Directrice Center for Freedom and Justice Palestine
  • Monique Adamo Réseau Environnement Santé Rhône-Alpes
  • Moulouka Hadj Mimoun, présidente du centre social de St Jean à Villeurbanne
  • Mustapha Saha, sociologue, poète, artiste peintre, citoyen du monde
  • Muriel Scibilia Fabre professeur de lettres, responsable d'un service de communication aux Nations Unies, co-auteure de Côté nuit, côté soleil, recueil de témoignages d'enfants ayant été atteints du cancer.
  • Myrfa Yumiaji de Teratai nature, la première plateforme de communication et de création Franco-Indonésienne
  • Myriam Abtroun sophrologue et présidente de "Co-naissance", organisatrice des futurs Dialogues en humanité à Alger dans les jardins du Musée du Bardo
  • Nadine Brochet Présidente de la Maison des Associations (MDA) de Paris et de France Ethiopie Corne de l'Afrique Paris
  • Nadine Outin investie pour les droits humains et "Droits de l'enfant", "Printemps de l'éducation", 9 années auprès des enfants orphelins en Roumanie, rédactrice pour le réseau du conseil international des Dialogues en humanité
  • Namrata Nandakumar journaliste au Daily Dump, spécialiste en droit de l’environnement
  • Natacha Kaminski présidente Dialogues en humanité - l'association
  • Natasa Heleta jeune bosnienne réunie en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Nathalie Brabant Déléguée générale des Ateliers de l'Entrepreneuriat Humaniste AEH
  • Navid Abassi artiste
  • Neide Rego co-anime un réseau d'artisans d'économie solidaire dans l'Etat de Bahia au Brésil
  • Nega Tsegaye Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire, Délégué Permanent auprès de l’Unesco
  • Nelly Fesseau Directrice générale du réseau des 800 universités francophones dans le monde
  • Nelton Friedrich Directeur de l'environnement d'ITAIPU et de la coordination de Cultivando Agua Boa engageant dans le développement durable systémique, les régions de 4 pays autour du bassin d'eau d'Iguaçu : Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay 
  • Neusa Veloso Psychologue et facilitatrice constructiviste, de l’association Le Labo du changement
  • Odile Ouachée médecin, accompagne des personnes en grande difficulté, ancienne urgentiste
  • Olivier Brachet Vice président Grand Lyon, politique de l'habitat et logement social
  • Olivier Perrin Ministère du Développement Durable
  • Oriol Martínez Codinachs artiste Acordate Tango
  • Pathe Dieng économiste, artiste "Bois Palabre"
  • Pascale Crozon, députée du Rhône
  • Pascal Loviconi créateur d'Accointance
  • Patrice Auro journaliste humaniste, conteur contemporain 
  • Patricia Attigui Département psychologie clinique Université Lyon2
  • Patricia Glazebrook Philosophe, écologue
  • Patrice Levallois Auteur, éditeur, scénariste, co-auteur du Jeu du Tao
  • Patrick Laubscher Praticien chamanique
  • Patrick Viveret co fondateur des Dialogues en humanité,  philosophe et ancien conseiller-maître à la Cour des Comptes, auteur de "Vivre à la bonne heure", "La cause humaine", "Reconsidérer la richesse", "Pourquoi çà ne va pas plus mal ?", "Comment vivre en temps de crise ?" avec Edgar Morin
  • Paula Raquel Dos Santos professeur à l’Université de l’Etat de Rio de Janeiro (UERJ), experte en santé publique et environnement, activiste au sein de l'Ecovillage Ferme Plénitude au Brésil 
  • Philippe De Mester directeur général Région Rhône Alpes
  • Philippe Merlant artiste comédien, ex rédacteur en chef de la Revue Transversales Science et culture auteur de "Le journalisme jaune"
  • Philippe Piau Metteur en scène, membre de la compagnie la Tribouille et Collectif Richesse
  • Philippe Prud'homme Ateliers de l'Entrepreneuriat Humaniste AEH
  • Philippe Rive directeur départemental de l'Office National des Anciens Combattants
  • Pierre Sérillon Association RECIPROC
  • Pierre Vial président de la Maison des Solidarités locales et internationales à Lyon, président d'ARVEL
  • Rachel Haab directrice Europe coopération décentralisée International Région Rhône Alpes
  • Rajesh Gautam enseigne le Yoga Pranayama
  • Raphaël Arnulf artiste Gaïmalis
  • Réka Hoznek Architecte
  • Régina Konzi Mongot, Ministre déléguée auprès du Premier Ministre de la République Centrafricaine, en charge de l'urgence humanitaire
  • Régis Guyot, Délégué Interministériel à la Lutte Contre le Racisme et l'Antisémitisme
  • Rémy Porcar artiste Abyssinie Club
  • René Roussillon Professeur psychologie clinique
  • Roland Gori psychanalyste et professeur émérite de psychologie et de psychopathologie clinique à l'Université d'Aix-Marseille
  • Roland Katz membre actif de la communauté d’Auroville en Inde, administrateur au sein de la fondation Auroville France International basée à Paris
  • Rose-Marie Marmillon
  • Ryadh Sallem champion international de basket et rugby fauteuil, président de CAPSAAA, felow Ashoka, organise le Défistival et les Dialogues en humanité à Paris sur le Champ de Mars
  • Said Yahiaoui, Maître de Conférences en Sciences de Gestion à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de l'Université Lyon 2, Co-Directeur du M2 Economie Sociale et Solidaire
  • Sandrine Frih vice présidente du Grand Lyon pour les relations avec les citoyens
  • Segenet Kelemu scientifique éthiopienne, Lauréate 2014 pour l'Afrique du Prix L'oréal-UNESCO, dirige l'ICIPE Institut International de Physiologie des Insectes et Ecologie à Nairobi Kenya
  • Sengsana Phoxaysy jeune français réuni en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Sengphet Phoxaysy jeune français réuni en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Serge Bertrand de l’Association Kensereni, Fondateur et dirigeant de Rythm'n Team
  • Serge Perrin MAN Lyon
  • Shoki Ali Said président France-Éthiopie, Corne de l'Afrique, co initiateur des Dialogues en humanité en Éthiopie à Addis Abeba et à Dire Dawa
  • Siddhartha journaliste, philosophe, directeur du centre de formation interculturel et interreligieux Fireflies, créateur de 5 February Dialogues à Bangalore en Inde, promoteur d'actions pour valoriser le raghi/millet face au changement climatique, accompagne l'action de 25 villages tribaux dans le Tamil Nadu et le Childrens College
  • Simone Antonelli coordinatrice générale de l'ONG Rede
  • Simone Kunegel rédactrice du Conseil international des Dialogues en humanité, traductrice volontaire, a vécu en Birmanie, Maroc, Inde, Afrique Subsaharienne, Brésil
  • Sophie Ducrez association ARAPOTY, éducation à la paix
  • Sophie Mougenot Professeur DE Karaté et disciplines associées
  • Stéphane Crozat historien de l'art des jardins, ethnobotaniste, responsable scientifique du CRBA, auteur de Fleurs, fruits, légumes L'épopée lyonnaise
  • Sylvain Rochex artiste et comédien
  • Sylvie Bénard présidente de l'Institut Inspire
  • Sylvie Krikorian Association "Artémis, Chut... écoute !"
  • Tanja Vignjević  membre de la chorale Pontamina (Sarajevo)
  • Tapas Bhatt co-fondatrice de la ville utopique d’Auroville en Inde et spécialiste du rôle de la femme dans la société et dans le développement humain durable.
  • Thomas d'Ansembourg psychothérapeute auteur notamment de Cessez d'être gentils , soyez vrais et Du je au nous - L'intériorité citoyenne : le meilleur de soi au service de tous" édition de l'Homme
  • Thomas Nicol artiste
  • Tony Ngo, médecin rééducateur, association Passeur de lien
  • Toumi Djaidja initiateur de la Marche pour l'égalité en 1983
    Touriya Tullon-Fili, professeur de littérature à l'Université Lyon 2 et Franco Marocaine, secrétaire de l’Association Coordination Internationale des Chercheurs sur les Littératures Maghrébines (CICLIM), représentante de l'association Coup de Soleil Rhone-Alpes.
  • Vahid Cenam jeune bosnien réunis en Ecole d’Eté Internationale de Paix de VoCE2014-2018
  • Valérie Valette documentariste engagée, Valliance Production
  • Véronique Moreira Vice présidente Région Rhône Alpes
  • Virginie Yanibada Baikoua association SOLISIDAC France Centrafrique
  • Viviane Mogica artiste Duo Criollando
  • Vladimir Torres artiste
  • Wafaa Fawzi Pole Etude de l'ENS Lyon
  • Xavier De Lannoy Dialogues au Pradier-Moutiers
  • Ya Mutuale Balume Africa50 et Association Dialogues en humanité, engagé dans la formation à la coopération en Afrique et en Europe, France RDC
  • Yared artiste Abyssinie Club
  • Yves Michel Éditeur engagé
  • Zajazza artiste Abyssinie Club
  • Zarina Khan philosophe et metteur en scène, anime le réseau des ateliers d'écriture "Le dictionnaire de la vie" à travers le monde et les trois Compagnies Zarina Khan, Paris, Grand Ouest, Rhône Alpes qui créent des programmes et spectacles "L'Art pour la paix, l'alliance et l'environnement"
  • Zhang Lun Maitre de conférences en Civilisation chinoise à l’université Cergy Pontoise
  • Zorah Ait Maten, Adjointe au Maire de Lyon, Affaires sociales et Solidarités

 

Quelques manifestes citoyens...

Les Dialogues en humanité relaient, soutiennent ou participent à des initiatives citoyennes variées: 

  • Le manifeste des convivialistes
  • Un autre regard sur 14-18
  • Pour une politique de la relation
  • ... 

 

Les convivialistes [Manifeste]

Un autre monde est non seulement possible, il est absolument nécessaire. Et urgent. Mais selon quels principes et quels contours l’organiser ? Ce ne sont pas tant les propositions et les solutions qui manquent – techniques, économiques, écologiques etc. –, que le pavillon commun sous lequel toutes les initiatives, toutes les inventivités qui se déploient à travers le monde, pourront trouver et penser leur unité relative, et que l’explicitation de la philosophie politique minimale commune qui les inspire . Une philosophie politique qui aura pour tâche de dire comment les hommes peuvent vivre ensemble en s’opposant sans se massacrer, et de faire reposer l’adhésion à la démocratie sur autre chose que la perspective d’une croissance indéfinie, désormais à la fois économiquement introuvable et écologiquement insoutenable. Une philosophie politique du vivre ensemble (con-vivialiste, donc). C’est pour aller dans le sens de cette explicitation qu’une cinquantaine d’intellectuels et militants, auteurs de nombreux ouvrages qui dessinent des alternatives possibles, ont décidé de confronter leurs analyses en mettant au second plan leurs divergences. Ce manifeste, qui est le résultat de près de deux ans de discussions entre eux, fixe les principes généraux sur lesquels ils se sont accordés, et qui leur paraissent appropriables et enrichissables par tous.

Le texte suivant présente l'abrégé du manifeste des Convivialistes (2013). 

 

Abrégé du Manifeste convivialiste

Déclaration d’interdépendance

Jamais l’humanité n’a disposé d’autant de ressources matérielles et de compétences techniques et scientifiques. Prise dans sa globalité, elle est riche et puissante comme personne dans les siècles passés n’aurait pu l’imaginer. Rien ne prouve qu’elle en soit plus heureuse. Mais nul ne désire revenir en arrière, car chacun sent bien que de plus en plus de potentialités nouvelles d’accomplissement personnel et collectif s’ouvrent chaque jour.

Pourtant, à l’inverse, personne non plus ne peut croire que cette accumulation de puissance puisse se poursuivre indéfiniment, telle quelle, dans une logique de progrès technique inchangée, sans se retourner contre elle-même et sans menacer la survie physique et morale de l’humanité. Les premières menaces qui nous assaillent sont d’ordre matériel, technique, écologique et économique. Des menaces entropiques. Mais nous sommes beaucoup plus impuissants à ne serait-ce qu’imaginer des réponses au second type de menaces. Aux menaces d’ordre moral et politique. À ces menaces qu’on pourrait qualifier d’anthropiques.

Le problème premier

Le constat est donc là : l’humanité a su accomplir des progrès techniques et scientifiques foudroyants, mais elle reste toujours aussi impuissante à résoudre son problème essentiel : comment gérer la rivalité et la violence entre les êtres humains ? Comment les inciter à coopérer tout en leur permettant de s’opposer sans se massacrer ? Comment faire obstacle à l’accumulation de la puissance, désormais illimitée et potentiellement auto-destructrice, sur les hommes et sur la nature ? Si elle ne sait pas répondre rapidement à cette question, l’humanité disparaîtra. Alors que toutes les conditions matérielles sont réunies pour qu’elle prospère, pour autant qu’on prenne définitivement conscience de leur finitude.

Nous disposons de multiples éléments de réponse : ceux qu’ont apportés au fil des siècles les religions, les morales, les doctrines politiques, la philosophie et les sciences humaines et sociales. Et les initiatives qui vont dans le sens d’une alternative à l’organisation actuelle du monde sont innombrables, portées par des dizaines de milliers d’organisations ou d’associations, et par des dizaines ou des centaines de millions de personnes. Elles se présentent sous des noms, sous des formes ou à des échelles infiniment variées : la défense des droits de l’homme, du citoyen, du travailleur, du chômeur, de la femme ou des enfants ; l’économie sociale et solidaire avec toutes ses composantes : les coopératives de production ou de consommation, le mutualisme, le commerce équitable, les monnaies parallèles ou complémentaires, les système d’échange local, les multiples associations d’entraide ; l’économie de la contribution numérique (cf. Linux, Wikipedia etc.) ; la décroissance et le post-développement ; les mouvements slow food, slow town, slow science ; la revendication du buen vivir, l’affirmation des droits de la nature et l’éloge de la pachamama ; l’altermondialisme, l’écologie politique et la démocratie radicale, les indignados, Occupy Wall Street ; la recherche d’indicateurs de richesse alternatifs, les mouvements de la transformation personnelle, de la sobriété volontaire, de l’abondance frugale, du dialogue des civilisations, les théories du care, les nouvelles pensées des communs, etc.

Pour que ces initiatives si riches puissent contrecarrer avec suffisamment de puissance les dynamiques mortifères de notre temps et qu’elles ne soient pas cantonnées dans un rôle de simple contestation ou de palliation, il est décisif de regrouper leurs forces et leurs énergies, d’où l’importance de souligner et de nommer ce qu’elles ont en commun.

Du convivialisme

Ce qu’elles ont en commun, c’est la recherche d’un convivialisme, d’un art de vivre ensemble (con-vivere) qui permette aux humains de prendre soin les uns des autres et de la Nature, sans dénier la légitimité du conflit mais en en faisant un facteur de dynamisme et de créativité. Un moyen de conjurer la violence et les pulsions de mort. Pour le trouver nous avons besoin désormais, de toute urgence, d’un fond doctrinal minimal partageable qui permette de répondre simultanément, en les posant à l’échelle de la planète, au moins aux quatre (plus une) questions de base :

- La question morale : qu’est-il permis aux individus d’espérer et que doivent-ils s’interdire ?

- La question politique : quelles sont les communautés politiques légitimes ?

- La question écologique : que nous est-il permis de prendre à la nature et que devons-nous lui rendre ?

- La question économique : quelle quantité de richesse matérielle nous est-il permis de produire, et comment, pour rester en accord avec les réponses données aux questions morale, politique et écologique ?

- Libre à chacun d’ajouter à ces quatre questions, ou pas, celle du rapport à la surnature ou à l’invisible : la question religieuse ou spirituelle. Ou encore : la question du sens.

Considérations générales :

Le seul ordre social légitime universalisable est celui qui s’inspire d’un principe de commune humanité, de commune socialité, d’individuation, et d’opposition maîtrisée et créatrice.

Principe de commune humanité : par delà les différences de couleur de peau, de nationalité, de langue, de culture, de religion ou de richesse, de sexe ou d’orientation sexuelle, il n’y a qu’une seule humanité, qui doit être respectée en la personne de chacun de ses membres.

Principe de commune socialité : les êtres humains sont des êtres sociaux pour qui la plus grande richesse est la richesse de leurs rapports sociaux.

Principe d’individuation : dans le respect de ces deux premiers principes, la politique légitime est celle qui permet à chacun d’affirmer au mieux son individualité singulière en devenir, en développant sa puissance d’être et d’agir sans nuire à celle des autres.

Principe d’opposition maîtrisée et créatrice : parce que chacun a vocation à manifester son individualité singulière il est naturel que les humains puissent s’opposer. Mais il ne leur est légitime de le faire qu’aussi longtemps que cela ne met pas en danger le cadre de commune socialité qui rend cette rivalité féconde et non destructrice.

De ces principes généraux découlent des :

Considérations morales

Ce qu’il est permis à chaque individu d’espérer c’est de se voir reconnaître une égale dignité avec tous les autres êtres humains, d’accéder aux conditions matérielles suffisantes pour mener à bien sa conception de la vie bonne, dans le respect des conceptions des autres

Ce qui lui est interdit c’est de basculer dans la démesure (l’hubris des Grecs), i.e. de violer le principe de commune humanité et de mettre en danger la commune socialité

Concrètement, le devoir de chacun est de lutter contre la corruption.

Considérations politiques

Dans la perspective convivialiste, un État ou un gouvernement, ou une institution politique nouvelle, ne peuvent être tenus pour légitimes que si :

- Ils respectent les quatre principes, de commune humanité, de commune socialité, d’individuation et d’opposition maîtrisée, et que s’ils facilitent la mise en œuvre des considérations morales, écologiques et économiques qui en découlent ;

Plus spécifiquement, les États légitimes garantissent à tous leurs citoyens les plus pauvres un minimum de ressources, un revenu de base, quelle que soit sa forme, qui les tienne à l’abri de l’abjection de la misère, et interdisent progressivement aux plus riches, via l’instauration d’un revenu maximum, de basculer dans l’abjection de l’extrême richesse en dépassant un niveau qui rendrait inopérants les principes de commune humanité et de commune socialité ;

Considérations écologiques

L’Homme ne peut plus se considérer comme possesseur et maître de la Nature. Posant que loin de s’y opposer il en fait partie, il doit retrouver avec elle, au moins métaphoriquement, une relation de don/contredon. Pour laisser aux générations futures un patrimoine naturel préservé, il doit donc rendre à la Nature autant ou plus qu’il ne lui prend ou en reçoit.

Considérations économiques

Il n’y a pas de corrélation avérée entre richesse monétaire ou matérielle, d’une part, et bonheur ou bien-être, de l’autre. L’état écologique de la planète rend nécessaire de rechercher toutes les formes possibles d’une prospérité sans croissance. Il est nécessaire pour cela, dans une visée d’économie plurielle, d’instaurer un équilibre entre Marché, économie publique et économie de type associatif (sociale et solidaire), selon que les biens ou les services à produire sont individuels, collectifs ou communs.

Que faire ?

Il ne faut pas se dissimuler qu’il faudra pour réussir affronter des puissances énormes et redoutables, tant financières que matérielles, techniques, scientifiques ou intellectuelles autant que militaires ou criminelles. Contre ces puissances colossales et souvent invisibles ou illocalisables, les trois armes principales seront :

- L’indignation ressentie face à la démesure et à la corruption, et la honte qu’il est nécessaire de faire ressentir à ceux qui directement ou indirectement, activement ou passivement, violent les principes de commune humanité et de commune socialité.

- Le sentiment d’appartenir à une communauté humaine mondiale.

- Bien au-delà des « choix rationnels » des uns et des autres, la mobilisation des affects et des passions.

Rupture et transition

Toute politique convivialiste concrète et appliquée devra nécessairement prendre en compte :

- l’impératif de la justice et de la commune socialité, qui implique la résorption des inégalités vertigineuses qui ont explosé partout dans le monde entre les plus riches et le reste de la population depuis les années 1970

- Le souci de donner vie aux territoires et aux localités, et donc de reterritorialiser et de relocaliser ce que la mondialisation a trop externalisé.

- L’absolue nécessité de préserver l’environnement et les ressources naturelles.

- L’obligation impérieuse de faire disparaître le chômage et d’offrir à chacun une fonction et un rôle reconnus dans des activités utiles à la société.

La traduction du convivialisme en réponses concrètes doit articuler, en situation, les réponses à l’urgence d’améliorer les conditions de vie des couches populaires, et celle de bâtir une alternative au mode d’existence actuel, si lourd de menaces multiples. Une alternative qui cessera de vouloir faire croire que la croissance économique à l’infini pourrait être encore la réponse à tous nos maux.

 

Les signataires

Claude Alphandéry, Geneviève Ancel, Ana Maria Araujo (Uruguay), Claudine Attias-Donfut, Geneviève Azam, Akram Belkaïd (Argelia),Yann-Moulier-Boutang, Fabienne Brugère, Alain Caillé, Barbara Cassin, Philippe Chanial, Hervé Chaygneaud-Dupuy, Eve Chiapello, Denis Clerc, Ana M. Correa (Argentina), Thomas Coutrot, Jean-Pierre Dupuy, François Flahault, Francesco Fistetti (Italia),Anne-Marie Fixot, Jean-Baptiste de Foucauld, Christophe Fourel, François Fourquet, Philippe Frémeaux, Jean Gadrey,Vincent de Gaulejac, François Gauthier (Suiza),Sylvie Gendreau (Canadá), Susan George (Estados Unidos), Christiane Girard (Brasil),  Françoise Gollain (Reino Unido), Roland Gori, Jean-Claude Guillebaud, Paulo Henrique Martins (Brasil), Dick Howard (Estados Unidos), Marc Humbert, Éva Illouz (Israel), Ahmet Insel (Turquía), Geneviève Jacques, Florence Jany-Catrice, Zhe Ji (China), Hervé Kempf, Elena Lasida, Serge Latouche, Jean-Louis Laville, Camille Laurens, Jacques Lecomte, Didier Livio, Gus Massiah, Dominique Méda, Margie Mendell (Canadá), Pierre-Olivier Monteil, Jacqueline Morand, Edgar Morin, Chantal Mouffe (Reino Unido), Yanna Moulier-Boutang, Osamu Nishitani (Japón), Alfredo Pena-Vega, Bernard Perret, Elena Pulcini (Italia), Ilana Silber (Israel), Roger Sue,  Elvia Taracena (México), Frédéric Vandenberghe (Brasil), Patrick Viveret.

 

Pour avoir accès au Manifeste des convivialistes dans son intégralité : 

http://www.mouvementutopia.org/blog/public/Livre_Manifeste_Convivialiste...

L'Europe entre délitement et renouveau

texte en cours de discussion (Patrick Viveret, Edgar Morin etc)

Un autre regard sur 1914-1918 [Manifeste]

Quelles voix, quels chemins pour l’Europe en 2014-2018?

Pour une commémoration commune de la Grande Guerre

En cette année qui s’ouvre, les Européens auront des raisons de regarder en arrière, depuis des points de vue bien divers. Malgré cette diversité, la rétrospective qui s’offrira à eux pourrait montrer les traits communs saillants : un continent dans le tourbillon, entraînant dans le monde entier d’innombrables êtres avec lui.

Certes, les commémorations prendront des formes diverses. Ici et là, on célébrera l’union nationale dans l’effort de guerre, ailleurs on se souviendra surtout des sacrifices, des blessures et de leurs traces indélébiles. D’aucuns se pencheront sur les responsabilités, y compris les leurs, d’autres chercheront à introduire les jeunes générations dans la compréhension de la vie des aïeux. Pour quelques-uns, ce sera l’occasion de contempler la fin de la vieille Europe, pour d’autres, celle de saluer la victoire des démocraties modernes, ou encore la souveraineté nationale gagnée ou retrouvée…

A travers ces diverses facettes du temps de la Grande Guerre, pourtant, se dégagent à nos yeux quelques signes bien lisibles pour tous, et destinés à tous pareillement.

D’abord, nous devons faire acte de mémoire et de recueillement pour tous ceux qui ont perdu leur vie.
Convoqués des quatre coins du monde pour se battre, ils avaient donné le meilleur d’eux-mêmes – souvent pour la lointaine « mère-patrie »; civils, ils étaient pris dans les ravages de la guerre. Oui, il y a un devoir élémentaire de rendre hommage, ensemble, à ces vies, des millions dans le monde entier, qui n’ont pu s’épanouir, endeuillant tous les continents.

Puis, il y a l’interpellation par la clairvoyance de ceux qui voyaient venir la catastrophe. Ils étaient artistes, responsables politiques, citoyennes engagées… leurs regards et leurs paroles originales ont été ridiculisés, conspués, étouffés. Jaurès, assassiné. Il faut relire son dernier discours du 25 juillet 1914. Georg Trakl mort d’effroi. Son amie la poète Else Lasker-Schüler lui dédia ces mots « Georg Trakl succomba à la guerre, frappé par sa propre main. Et ce fut tant de solitude dans le monde […] »
Comment se fait-il que la grande majorité ait pu être aveuglée? Par quelles voies le patriotisme pouvait-il se réduire à des imageries d’ennemi jusqu’au point où l’on ne discernait plus qu’elles, et que se lançait juif contre juif, catholique contre catholique, socialiste contre socialiste?
Où sont aujourd’hui nos clairvoyances ? Notre liberté de pensée et notre courage ? Où est notre recherche de l’intérêt mutuel entre peuples d’Europe ?

Ensuite, des regards enthousiastes d’alors croisent les nôtres. La patrie sacralisée, la culture du sacrifice et l’appel à se dépasser ont été les moteurs pour de nombreux jeunes appelés. Il nous faut bien regarder en face cet enthousiasme pour ce qui était ressenti comme une grande cause.
Que faisons-nous du besoin de la jeunesse à se dépasser ? Elle est en droit de chercher du sens à la vie et des exemples encourageants. La résignation et le cynisme détruisent son énergie. Que lui proposons-nous?
Alors que la jeunesse en Europe est attachée à son appartenance commune, il s’agit de formuler avec elle aujourd’hui, de « nouvelles frontières ».

Enfin, il y a les signaux qui nous viennent des fonds des tranchées et de leur boue, entre les barbelés, de là où les infanteries des camps adverses se guettaient, tout proches les uns des autres. Sur tous les fronts, ils se rapprochaient parfois, en Italie, en Russie, aussi bien qu’en Belgique ou en France. Leurs gestes étaient modestes et parfois dérisoires. Ainsi, on en venait à se prêter des outils pour réparer les barbelés que chacun dressait contre l’autre…. Ils faisaient preuve de cette « décence élémentaire »1 qui fonde la fraternité. Mais politiquement, après la guerre, ces gestes n’avaient pas droit de cité. Pourtant ils ont existé ! Et leur enseignement est double : le désir de l’humain est « increvable », et il a besoin d’être soutenu. Il n’a pas le pouvoir de la force mais , depuis le fond des tranchées , depuis l’humiliation et l’horreur des camps de la mort, depuis les abysses de notre sauvagerie, il éclaire le chemin et finit par construire l’Europe, une Europe en paix.
La leçon est de taille aujourd’hui et vaut pour le monde : si les puissants agissaient de concert avec la raison de la fraternité, nombre de conflits trouveraient une issue dans la réconciliation, en amont de catastrophes sociales, économiques et politiques.

Considérant tous ces signes, nous émettons des vœux pour le mois d’août 2014, centenaire de la mobilisation générale dans tous nos peuples :
- qu’une commémoration officielle commune aux pays d’Europe soit organisée;
- que des gestes citoyens forts et généreux se produisent : imaginons par exemple que sur les ponts du Rhin, se dressent de longs buffets et que des repas soient partagés entre tous, y compris tous les citoyens étrangers sur les territoires des deux rives… ;
- que parmi les innombrables projets qui verront le jour en guise de commémoration, certains entament de véritables rencontres humaines, se déplaçant de pays en pays, tout le long des années 2014 à 20182 , proposant d’approfondir la logique de la fraternité et de l’amitié ;
- qu’une initiative soit prise pour approfondir et généraliser le service volontaire européen existant. Un grand service civil européen devrait couler de source de ces années de commémoration.

Premiers signataires :
Geneviève Ancel, Dialogues en humanité, Lyon ; Louis Besson, Ancien Ministre, Chambéry ; Claude Bouveresse, Vice-Présidente de la chorale Vocalam, Chambéry ; Anne-Marie Chapsal, Présidente de la chorale Ensemble2021, St.Alban-Leysse ; Cyrille Colombier, Chef de Chœur, Novalaise ; Etienne François, historien, et Beate François, Berlin ; Alfred Grosser,Paris ; Louis Join-Lambert et Mascha Join-Lambert, initiatrice de VoCE 2014 – 2018 ; Markus Meckel, Président du Service pour l'entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA), Berlin; Richard Pétris, Ecole de la Paix, Grenoble ; Dr. Henning Scherf, Ancien Président du Senat et Maire de la Freie Hansestadt de Brême, Président de la Fédération Allemande de Chorales, Brême ; Patrick Viveret, philosophe, Paris.

Signataires :
Membres des chorales Ensemble 2021 et Vocalam : Béatrice Boutet, M. Claude Bouveresse, Olivier Casalis, Gilles Choblet, Terenia Laskowska, Véronique Rebotier, Françoise et Gérard Thiercelin.
Et :
Henri-Georges Brun, Ambassadeur de la Paix de la Ligue Humaniste Internationale, Albertville; Hugues de Courtivron, Mordelles; Christian et Béatrice v. Hirschhausen, Berlin; Cornelia Keller-Kirst, Agent Culturel, Berlin; Klaus Nussbaum, Poète, Denzlingen ; Astrid Rashed, Actrice, Berlin; Sabine Rousseau, historienne, Chambéry; Susanne v.Schenck, Journaliste, Berlin ; Dr.Annette Schiller, Société Franco-Allemande, Halle/S.; Philippe Vachette, économiste, Barberaz; Thierry Verney, historien, Chambéry; Françoise Vig, musicienne, Chambéry; Maria Winkler; Julian Walmesley, traducteur; Barbara Winzer, dramaturge, Berlin; Brice Wong, Chambéry.

Version définitive 12 janvier 2014
Proposée par Mascha Join-Lambert et Claude Bouveresse, après relecture par Vincent v.Wroblewsky, interprète et traducteur, Berlin.

Signatures au 27 janvier 2014
Mascha Join-Lambert
18, rue des Tilleuls F – 73000 Barberaz 00 33 4 79 44 2394
00 33 6 66 25 26 76 / Mascha.jl@laposte.net

1Marc Ferro, Frères de tranchées, E. Perrin, Paris 2005

2A l’instar des Dialogues en Humanités qui, depuis 2002, proposent des rencontres annuelles dans divers pays du monde et qui lanceront, début juillet 2014 à Lyon, un cycle de rencontres pour passer « des logiques de guerre aux logiques de paix « (www.dialoguesenhumanite.org) , ou encore du projet VoCE 2014–2018 / Voix et Chemins d’Europe / Voices from Citizens of Europe, qui proposera un parcours de traversée européenne, artistique et citoyen pour chorales amateurs et jeunes adultes. Contact :VoCE2014-2018@laposte.net

 

Pour une politique de la relation [Manifeste]

MARCHANT,
ÉCRIVANT,
PREMIÈRE ESQUISSE
POUR MANIFESTE

Plusieurs associations, compagnies d’artistes, des chercheurs et d’autres personnes se sont retrouvés depuis avril 2013 pour cheminer autour de cette question : “altérité, Universalité : quel monde pour demain ?” Nous savons que chaque mot de cette phrase doit être interrogé en tenant compte de l'analyse que les uns et les autres font de l'état du monde contemporain, mais aussi que certains usages aujourd'hui usurpent ces mots et les dénaturent. Nous-mêmes, nous avons procédé à de nombreuses modifications avant d'arriver à une entente.
Le texte qui suit ne reflète pas forcément la pensée précise ou plus nuancée de chaque signataire. Cette convergence intervient cependant dans un contexte de crise sociétale sur laquelle nous partageons cette idée de fond : le Divers de nos sociétés est une richesse et le nouvel horizon de nos cultures. il devrait donc être une priorité dans l’agenda des citoyens et des politiques publiques. Le chantier que nous inaugurons ainsi, avec ce texte, repose sur des enjeux d’espérances collectives, car nous pensons que « le Monde n’est pas seulement à habiter mais aussi à inventer » (Patrick Chamoiseau). Nous espérons que celles et ceux qui se retrouvent dans ce texte, le signeront et nous rejoindront pour lui donner des perspectives d'actions.

POUR UNE POLITIQUE DE LA RELATION

EN maRChaNt,
EN éCRivaNt,
PREmièRE EsqUissE
PoUR UN maNifEstE

Nous traversons une époque d'incertitude qui, sous les effets de la mondialisation économique, n'a pas de précédent. Les contradictions que vit le monde contemporain mettent en péril un certain nombre de droits et d'acquis sociaux, politiques et culturels. Ces acquis sont le fruit de plusieurs décennies de luttes contre la misère et pour faire respecter les principes de l’Egalité, de la Justice et de la Dignité humaine, principes dont l’efficacité constitue aujourd’hui l’horizon d’espérance de l’immense majorité du genre humain. Les contradictions du système globalisé génèrent par contre des violences exacerbées, nationales, ethniques, environnementales, mais aussi interindividuelles. C’est le futur même de l’humanité qui est interrogé, malgré l’accumulation inédite de ressources, de forces productives, de connaissances et malgré la proclamation quasi universelle de la démocratie, de l’état de droit et des droits de l’homme comme fondements
de la société.
Au cours des dernières décennies, le "système-monde" est devenu certes multipolaire, mais en accentuant ses hiérarchies. Le durcissement des inégalités, la suppression de millions d’emplois dans les pays industriels, le développement de la précarité, la concentration des populations dans des ghettos sociaux, la surenchère sécuritaire et l'interdiction de se déplacer librement pour certains (sans risquer de mourir) sont des évolutions inquiétantes de notre monde.

La crise est le cadre dans lequel les questions sociales et culturelles se posent aujourd'hui. Mais cette crise n'est pas seulement à penser en termes de redistribution : c'est une transformation, une mutation profonde de nos sociétés qui est en jeu. La mondialisation économique conduit à des situations d’interactions accrues et accélérées entre les individus, les groupes et les nations ; elle a ouvert le champ de la mondialité. Un monde nouveau est en gestation. Un monde où toute personne doit trouver sa place quelles que soient ses origines, ses cultures, ses langues, ses manières de voir, de penser et d’être.

Le signe visible de ces mutations est que nous vivons tous dans des villes-monde, des quartiers-monde, des villages-monde. Ces villes, quartiers et villages sont multiculturels et leurs espaces publics deviennent interculturels. il s’agit donc de penser une politique interculturelle de ces espaces où chaque différence participe à la création du vivre ensemble.
Nous ne partons pas de rien, ni pour notre éthique ni pour nos pratiques. Nous inscrivons au contraire nos engagements dans des héritages sociaux, culturels, politiques et intellectuels qui défendent pour l'essentiel le libre-arbitre dans le partage, la rencontre et la Relation et la responsabilité d'être ce que nous voulons en dehors de ce que l'on veut faire de nous. Ces héritages, nous les assumons comme une éthique vivante qui nourrit nos pratiques au présent, au-delà de toute frontière quelle qu'elle soit. Elle nous rend, chacun, « disponible pour la rencontre, et l’expérience, et l’événement de l’Autre... [Car] C’est ainsi que la Relation ouvre le futur aux grandes fécondités. C’est ainsi qu’elle assure au présent son degré indispensable d’amour, de partage, de juste fraternité, et son souci de la moindre différence. C’est ainsi qu’elle ouvre à notre devenir l’appétit le plus vaste pour la diversité. » (Patrick Chamoiseau) L'usage que nous faisons du terme interculturel interroge les frontières, toutes les frontières : politiques et policières des états ou des agglomérats d’états, idéologiques des représentations, des identités et des structurations hiérarchiques, voire scientifiques des prétentions "primordialistes" qui hiérarchisent les êtres humains selon le social ou l'ethnique ou la « race » ou la croyance, ou telle ou telle histoire nostalgique, nationale ou civilisationnelle, supposée pure, originelle, authentique.

Nous ne sommes pas dans une dynamique de construction d'un système mais plutôt à la poursuite de chemins dont les jalons reposent sur des enjeux d’espérance collective. Nous avons des objets communs de réflexion et d’action et nous nous proposons de leur donner forme avec celles et ceux qui en ressentent l'urgent besoin et le désir. Nous constatons en effet que les aspects de la multiculturalité sont le plus souvent ignorés, ou déniés au profit d'une gestion à court terme de ses effets stigmatisants, notamment à travers la tentation de segmenter le territoire en espaces distincts créant des frontières sociales visibles et invisibles.
Dans ce sens, la lutte contre l’ethnocentrisme et l’égocentrisme est indispensable. il n’est plus temps de considérer son point de vue personnel (individuel ou collectif ) comme étant le seul "bon", ou le meilleur et encore moins l’unique. Il est temps par contre de penser chacun de nos mondes comme un « Tout-Monde » (Edouard  Glissant).

Une "mutation anthropologique" est à l'oeuvre et nous pensons essentiel de travailler sur ses effets implacables, ils s'imposent à toutes et tous et dans tous les domaines. Il existe des échanges et des transformations qui demandent une reconnaissance  par la société. C'est une richesse dynamique qu'il faut mettre en valeur.

Nous sommes porteurs d’une interrogation : comment construire une Relation entre les uns et les autres dans un vouloir vivre-ensemble, laïc et socialement reconnaissant ?

Ces deux valeurs (la laïcité et la reconnaissance) nous semblent devoir cadrer le devenir de nos sociétés et fonder une politique de la Relation : qui fait lien, qui fait échange qui peut faire récit commun. Notre préoccupation majeure est de promouvoir une idée renouvelée de l'Universalité : qui ne soit plus pouvoir ou toute-puissance d'un ordre mondial mercantile, socialement et culturellement injuste, mais une «diversalité» (Edouard Glissant) qui prend en compte la dignité de tous. Pour partager et construire ensemble dans ce sens, il nous faudra travailler sur les mots et leurs usages pour ouvrir le champ d'un nouvel imaginaire. Nous partageons cette idée que les mots sont importants et qu'il faut rester vigilant sur leurs usages et leurs rendements concrets : idéologiques, sociaux, économiques. L’interculturel désigne pour nous cet enjeu majeur, car nous savons qu’il y a des discours et des pratiques totalitaires qui se positionnent à l’inverse de nos intentions, comme les fondamentalismes religieux, politiques, nationalistes, éthnicistes ou mercantiles. Nous avons la conviction que la connaissance et la reconnaissance (en quoi consiste la promotion de l’interculturalité) dans les espaces de vie (quartiers, villes et territoires), peuvent contribuer à modifier les représentations et à constituer une ressource politique, sociale et culturelle importante. Comme nous avons la conviction que le travail de rencontre, d'établissement de relations et de "créolisation" sociale peut contribuer à terme à la refondation de la citoyenneté sur la base d'une égalité effective des Droits.

Lyon, 24 mars 2014

POUR TOUTES CELLES ET TOUS CEUX QUI VOUDRONT SIGNER ET FAIRE VIVRE CE
MANIFESTE, INSCRIVEZ VOTRE SIGNATURE SUR LE SITE DE LA MAISON DES PASSAGES

www.maisondespassages.org

Les premiers signataires
A2P Nord-Sud-Sud / ADATE / Adrien Franck / Amirouche Aurélie / ARTAG - Centre social à l'unisson /
Azzimonti Francesco / Bacot Yolande / Balume Ya-Mutuale / Barret Françoise / Barthez Jean-Claude /
Beauvoir Marcel / Boutin Elisa / Camara Ganda Oumar / CCO de Villeurbanne / Cédiey Eric /
Chaouite Abdellatif / Chopin Nadine / Cie Novecento / Collectif de l'Atre / Compagnie Gertrude II /
Corso Cécile / Dire d'Etoile / EPI de Vaulx-en-Velin / Fall Fati / Ferhat Bahija / FIJI-RA / Frérot Olivier /
Gilbert Jeanne / Guichard Bruno / Gumpel Georges / ISM-CORUM/ Jaganathen Sandra / Jamonneau Baptiste /
Kebbouche Saïd / La famille Carton Pâte / La Maison des Passages / La Tribu Hérisson / Levin Sarah /
Malia Compagnie / Massalve Emmanuelle / Meier Florence / Meynier Gilbert / Mommey-Sothier Martine /
Pascaud Audrey / Paturel Guy / Perret Zohra / Perrin-Niquet Christine / Pitiot Christine / Pousset Xavier /
Prince-Agbodjan Didier / RADDHO Diaspora / Ragon Louise / Raphel Dominique / Revue Ecarts d'identité /
Righi Farid / Sana Serge / Sebihi Nadia / Som I Joseph Désiré / Tayebi Mohamed / Tellache Karim /
Thévenin José / Thibault-Verrier Yvette / Vaillé Magali / Zeglama Hanane /